Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

7 conseils à Sonko. (Par Falilou Cissé)

Ousmane Sonko, qu’on l’aime ou pas mérite notre respect pour plusieurs raisons. Il n’est pas donné à n’importe qui d’arriver à la troisième place d’une élection présidentielle.  

 

Ce statut nous impose le respect à son égard : Respect donc à lui et à ceux qui lui ont fait confiance !!! Il mérite aussi le respect pour avoir osé mais surtout pour avoir désigné du doigt le système : ce système boiteux, handicapé et handicapant. Mais Sonko doit rester dans la dynamique de mieux faire. Pour cela, il me semble important de tirer les enseignements de son embryonnaire mais bruyant parcours d’homme politique. Alors, trois conseils pour cet exercice.

 

– Il faut dissoudre le PASTEF. Etre à la tête d’un parti politique tel qu’il est actuellement structuré, c’est faire du système sans le système. En effet, rien ne différencie le PASTEF des autres partis du Sénégal. Les sénégalais qui y adhèrent sont comme tous les autres sénégalais. Ils sont issus des mêmes familles, ont étudié les mêmes programmes dans les mêmes écoles et trainent les mêmes qualités et tares. Avec et dans le PASTEF, vous ne pourrez jamais éviter/interdire le choc des ambitions qui sera à la base d’un farouche combat fratricide à l’issu duquel les « vaincus » claqueront la porte, exactement comme dans les autres partis et tireront sur vous.

 

– Si vous devez maintenir le PASTEF, songez d’ors et déjà à travailler sérieusement sur un système d’assainissement qui emmènera tout le monde à respecter les règles du jeu. Je pense à l’organisation d’un primaire à la veille des échéances majeures : Elections locales et législatives. Les sénégalais qui pensent que la politique est la voie la plus courte et la plus fructueuse vers la réussite pécuniaire et matérielle sont dans tous les partis politiques. Il faut donc renforcer le plus grand parti du Sénégal, celui du sénégalais sans parti.

 

– Tenez à l’endroit de la jeunesse un discours de vérité. Face à l’angoisse d’un avenir proche et incertain, les jeunes sont de grands consommateurs de discours révolutionnaires. C’est pourquoi, ils rejettent la politique et les politiciens, coupables à leurs yeux d’assombrir leur avenir. Dites leurs que vous n’aurez pas d’emplois à les offrir et qu’ils doivent être les  bâtisseurs sur fonds d’immenses sacrifices et de comportement disciplinaires et patriotiques du système que vous préconisez. Dites à beaucoup de vos partisans de répondre par des idées et arguments et non par l’injure qui est la force cachée de la violence.

 

– Soyez assidu à l’assemblée nationale ou renoncez à la totalité de votre salaire de député car, sur le plan de l’éthique et du patriotisme votre cheval de bataille, il est difficilement soutenable de se faire payer pour un travail qu’on n’a pas fait. C’est trop « systématique » or vous êtes trop « anti – systématiique »

 

– Pour contourner ce complot que vous dénoncez, je vous conseille de mettre sur la table publique les preuves que vous prétendez détenir concernant le compte dans lequel les 46 milliards détournés sont logés. Nous serons nombreux, très nombreux à assurer votre défense et votre protection. Car, en ce moment, il n’y aura plus aucun doute sur la véracité de vos allégations.

 

– Apportez des réponses précises et claires sur les accusations qui planent sur vous concernant les 11 milliards que vous auriez réclamés comme honoraires suite à votre médiation supposée dans le dossier des 94 milliards. Vous nous devez ces explications pour honorer et soulager ceux qui ont voté pour vous et pour rassurer ceux qui ne vous ont pas fait confiance. Enfin, vous nous le devez parce que vous aspirez à nous diriger et nous ne délivrons plus de chèque blanc aux candidats qui veulent nous diriger. Autant nou…


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.