Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

LES BANQUES REALISENT UN TOTAL BILAN DE 7.194 MILLIARDS EN FIN MARS 2019

Tigo et Orange réalisent 2.740 milliards de frs de transactions à partir du mobile et dépassent les banques traditionnelles en termes de recettes…

Les banques et établissements de crédit du Sénégal se portent bien. En fin mars 2019, ils ont réalisé un total bilan de 7.194 milliards de francs, soit une progression de 9,8 % par rapport à mars 2018. Mais c’est surtout l’activité d’émission de monnaie électronique qui a connu une ascension fulgurante dans notre pays. C’est ainsi que les transactions financières à partir du mobile banking des opérateurs de télécommunications Tigo et Orange ont enregistré à fin décembre 2018 un volume total de 294,90 millions d’opérations évaluées à 2.470 milliards FCFA.

Ces informations ont été données hier par le directeur national pour la Bceao au Sénégal, Ahmadou Al Aminou Lô, qui tenait une conférence de presse, conjointement avec Thierno Seydou Nourou Sy, le vice-président de l’Association professionnelle des banques et établissements financiers du Sénégal. A fin mars 2019, a-t-il informé, le secteur bancaire sénégalais composé de deux holding financières et 29 établissements de crédit agréés répartis entre 25 banques et 4 établissements financiers affichait un total bilan de 7 194 milliards, en progression de 9,8 % par rapport à mars 2018. C’est ce qui fait que les emplois bancaires, ressortis à 6 340 milliards, ont augmenté de 520 milliards (+8,9 %) sur la période. Cet accroissement est imputable pour l’essentiel, selon lui, à celui des encours nets de crédits à la clientèle (+519 milliards ; 13,1%). Conséquemment, Ahmadou Al Aminou Lô renseigne que les ressources collectées par les établissements de crédit constituées des dépôts et emprunts, se chiffrent à 5 859 milliards, en hausse de 8,5 % par rapport à la même période de 2018. Elles sont essentiellement réparties entre les dépôts à vue (2 614,5 milliards ; +12,8 %) et les ressources à terme (2 154,3 milliards ; +8,0 %). Concernant les conditions de banque, les taux de base bancaires oscillent entre 6,5 % et 9,0 %. Le taux de base moyen est resté stable à 8,2 %. Les plafonds des taux débiteurs des banques varient dans un intervalle compris entre 12,5 % et 15 %. Les taux créditeurs, quant à eux, se situent entre 1 % et 8,97 %. Ainsi, au plan de la rentabilité, la Bceao informe que les établissements de crédit ont affiché un résultat excédentaire estimé à 96 milliards en 2018.

Explosion de la monnaie électronique

La Bceao a été claire ! Aucune structure ne peut exercer des activités d’émission de monnaie électronique sans passer par elle ! C’est ce qu’a souligné avec force le directeur national de la Bceao pour le Sénégal, hier, lors d’une rencontre à laquelle il avait convié la presse. Ahmadou Al Aminou Lo indique que durant l’année 2018, le paysage financier et la structure des paiements au Sénégal ont connu des mutations profondes. Selon lui, les changements qui s’opèrent résultent principalement de l’apport combiné d’innovations technologiques et de la volonté des consommateurs de bénéficier de la commodité que procurent les technologies de l’information et de la communication. C’est dans cette optique, explique-t-il, que la Banque Centrale a adopté un règlement régissant les conditions et modalités d’exercice des activités des émetteurs de monnaie électronique dans les Etats membres de l’Umoa. L’instruction a été prise en application des dispositions d’un des règlements relatif aux systèmes de paiement dans les Etats membres de l’Union économique et Monétaire Ouest africaine (Uemoa) qui consacrent la monnaie électronique comme un levier pour la promotion des services financiers inclusifs. A cet effet, le patron national de la Bceao a été sans équivoque à propos des activités de Facebook relatives des transactions.

«  Dans  un  communiqué    de    la Banque de France, leurs activités ne peuvent se faire qu’à travers la réglementation existante.  Nous  avons  la  chance  d’avoir une  réglementation  très  précise.  Soit  la monnaie  électronique  est  émise  par  une banque,  ou  elle  est  sponsorisée  par  une banque,  ou  on  demande  un  agrément d’établissement. Ce qui est clair, personne ne peut offrir cela dans la zone si l’on ne travaille pas avec le système bancaire. Si l’on décide de passer outre, en tout état de cause, on arrivera à des paiements transfrontaliers  », a prévenu le patron de la Bceao pour le Sénégal M. Lô. Il souligne qu’à l’exception des banques et des établissements financiers de paiement habilités par la loi portant la réglementation bancaire, aucun structure ou établissement ne peut exercer des activités d’émission de monnaie électronique, sans avoir été dûment agréée ou autorisée préalablement par la Banque Centrale.

Orange money et Tigo cash font mieux que les banques en termes de recettes

Par ailleurs, la Bceao indique que des mutations financières ont été observées avec la digitalisation de la micro-assurance, de l’épargne et du crédit. Ainsi, les transactions financières à partir du mobile banking ont enregistré à fin décembre 2018 un volume total de 294,90 millions d’opérations évaluées à 2.470 milliards FCFA pour les deux établissements émetteurs de monnaie électronique en activité au Sénégal. Concernant les autres acteurs, ils totalisent un volume de 3,98 millions d’opérations pour un montant de 250 milliards FCFA. Le patron de la Bceao, M. Lô, informe que les services les plus utilisés sont les rechargements cash (1 070 milliards FCFA ; 39,41 %), les retraits cash (734 milliards FCFA ; 27 %), les transferts de personne à personne (412 milliards FCFA ; 15 %), le paiement de factures (105 milliards FCFA ; 3,86 %), les achats de crédits téléphoniques (92 milliards FCFA ; 3,38 %) et, last but not least, les paiements marchands (84 milliards FCFA, 3,09 %). Il n’a pas manqué d’indiquer que les Orange money et Tigo cash ont fait des résultats excédentaires l’année dernière. M. Ahmadou Al Aminou Lo informe en conclusion que les établissements de crédit couvrent le territoire national grâce à un réseau de 618 agences. Le nombre de comptes bancaires s’est situé à 1 817 728 en mars 2019, en hausse de 8,9 % sur un an.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.