Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

NIGER : L’État islamique revendique la double attaque de Koutoukalé et de Tongo Tongo

On en sait un peu plus sur l’identité des auteurs  des attaques de la prison de Koutoukalé et de Tongo Tongo, au Niger. Par le biais de son organe de propagande, Amaq, l’État islamique a revendiqué lesdites attaques qu’il attribue à sa filiale du Grand Sahara dirigée par Adnan Abu Walid as-Sahraoui. 
Tout est parti dans la matinée du lundi 13 mai dernier lorsque la prison de haute sécurité de Koutoukalé, située à une cinquantaine de kilomètres de Niamey et où beaucoup de jihadistes sont détenus, a fait l’objet d’un raid repoussé par la garde nationale nigérienne. Ensuite, les assaillants qui seraient venus à bord de véhicules volés à une ONG, ont été pris en chasse par les forces armées nigériennes qui ont déployé des moyens conséquents. Mais elles tomberont sur une embuscade le lendemain, mardi 14 mai, près de Tongo Tongo, dans la région de Tilabéry. 
Prise à partie par des “terroristes lourdement armés”, selon un communiqué du ministère de la Défense, la colonne militaire a subi de lourdes pertes. Pas moins de 28 soldats ont perdu la vie lors des combats. Un deuil national de trois jours a été décrété au Niger. 
C’est la deuxième fois que cette zone est le théâtre de combats de cette intensité opposant des armées régulières au groupe d’Adnan Abu Walid as-Sahraoui. En octobre 2017, quatre soldats américains y avaient laissé la vie. À l’époque, l’État islamique dans le Grand Sahara avait revendiqué l’attaque.
Dans une vidéo diffusée fin mai, le calife autoproclamé de l’État islamique, Abou Bakr al-Baghdadi exhortait sa succursale du Grand Sahara à multiplier les attaques contre les intérêts français. Ce message a-t-il harangué le Sahraoui et ses troupes ? C’est tout comme… 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.