Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Campagne électorale Jour 2 : Macky gagne le discours religieux, Idrissa Seck gagne le discours éloquent.

Étant le moment des activités de propagande, la campagne électorale est le moment où les candidats s’adressent aux électeurs pour dévoiler leur programme. Cependant, une mauvaise campagne peut faire perdre des voix au profit des autres candidats. Souvent, on voit les candidats qui sont au pouvoir utilisaient les moyens de l’Etat pour la campagne électorale, une possibilité dont ne disposent pas les autres candidats. Cela rappelle les élections en France quand Patrick Allemand avait saisi la Commission nationale des comptes de campagne à la suite d’un déplacement de Sarkozy qui avait mobilisé une compagnie de gendarmerie ainsi que la police locale à la promenade des Anglais. Quand on a une constitution, il faut la respecter, quand on a un code électoral, il faut aussi le respecter.

 

Promesses électoralistes flagrantes

 

Plus politicien que Macky Sall tu meurs ! Il faut reconnaître au président sortant le don d’être un très grand politicien et non un réformateur. Il est retourné à Touba pour voir le khalife général, et recueillir des prières. Il sait tellement jouer la carte de victimisation qu’il est impossible qu’il ne gagne pas la sympathie des marabouts qui aiment un talibé poli. Il a promis de moderniser la cité sainte de Touba et Mbacké. Il a promis un parc industriel à Touba pour que les entreprises viennent s’implanter. Il a aussi promis un espace numérique ouvert. Je vais vous parler un peu de la région de Diourbel. Diourbel est l’une des régions les plus pauvres du Sénégal. Son économie est dominée par l’agriculture qui emploie plus de 60 % de la population. Malgré cela, les revenus sont très faibles et la pauvreté est endémique avec un taux avoisinant 70 %. La région est en manque d’infrastructures et des services sociaux de base. Bien qu’elle ait formé d’illustres fils de notre pays, les écoles de la région sont dans des conditions pitoyables. Le département de Mbacké est le département le moins scolarisé du Sénégal. Et l’hôpital du département de Diourbel ? Le Centre Hospitalier Régional Heinrich LUBKE de Diourbel est en quelque sorte l’antichambre de la mort. Les 460 milliards (416 milliards +44 milliards d’intérêts) de l’autoroute Ila Touba auraient pu régler tellement de problèmes pour cette région. J’ai eu mal quand j’ai vu la foule, cette foule affamée, cette foule sans éducation, cette foule anesthésiée par l’institution que le président incarne, cette foule inconsciente courir derrière le convoi du président sortant. Je prie pour le réveil de mes concitoyens, le réveil du peuple. 

 

El Hadj Sall déplore le fait que le stade Djigo n’ait pas été mis à sa disposition. L’égalité de traitement des candidats est une obligation durant cette campagne électorale. Il est nécessaire que les autorités compétentes suivent ce dossier pour s’assurer que la raison donnée est une raison valable. Il a parlé des différents pouvoirs et du manque d’indépendance des pouvoirs judiciaires et législatifs. Il en a profité pour parler du manque de sécurité et d’éclairage. Il doit se démarquer de la politique politicienne et amener sa propre touche pour nous montrer l’innovateur qu’il est à cause de sa formation d’ingénieur.

 

Idrissa Seck a sorti le grand jeu. Il a été d’une éloquence extraordinaire, il est connu pour toujours faire une bonne campagne électorale. Il a été clair dans son discours et il a critiqué le président sortant, le taxant de dictateur et de quelqu’un qui n’a pas été reconnaissant envers le président Wade malgré tout ce que ce dernier a fait pour lui. Il est en train de draguer l’électorat du président Wade comme ce dernier n’a toujours pas donné de consigne de vote Il doit se battre pour être au milieu, car il comprend le quotidien des Sénégalais. S’il segmente l’électorat, il pourra ajuster son discours au fur et à mesure que la campagne se poursuit.

 

Ousmane Sonko nous a parlé des caisses noires, des impôts sur les sociétés ainsi que les contrats signés avec les institutions internationales. On sent que la manière de gouverner du président sortant lui fait mal, mais il doit se rappeler qu’il fait de la politique au Sénégal et au Sénégal, il y a une manière de faire de la politique, malheureusement. Il est devenu populaire à cause de son patriotisme certes, mais là, il est temps d’aller conquérir les autres, les plus âgés, car eux voient en lui quelqu’un de jeune, quelqu’un qui risque de prendre des décisions radicales une fois à la tête du Sénégal. Il a besoin de leurs votes, il a besoin qu’ils aient confiance en lui, donc il est temps qu’il mette de l’eau dans son vin pour aller conquérir le vote de ces personnes âgées. Il faut certes être un homme de conviction, mais en même temps, il faut être un stratège.

 

Madicke a fait de ses minutes un discours de propagande. Il a fait quelques propositions qui ont toujours été faites et qui n’ont jamais été respectées. Il a aussi parlé des réalisations que le président Wade a fait à Touba. Le seul hic est que le président Sall a quand même fait des travaux à Touba pour préparer ce moment. Connaissant comment la politique marche dans le monde, je le vois comme quelqu’un qui a été utilisé à d’autres fins. Il n’a pas de programme et s…


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.