Les exportations du Sénégal vers la Chine sont passées à 70,42 milliards en 2015 (ministre)

Les exportations du Sénégal vers la Chine sont passées de 18,7 milliards de francs CFA en 2014 à 70,42 milliards de frs CFA en 2015 a annoncé, dimanche à Dakar, le ministre du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, Alioune Sarr.

M. Sarr qui s’exprimant lors de la journée d’exposition des produits et équipements chinois a soutenu que « même si les relations commerciales sont déséquilibrées, la Chine constitue un partenaire prioritaire pour le développement des échanges extérieurs sénégalais ».

« L’augmentation de ces exportations a fait passer la Chine de la 24-ème place en 2013 à la 5-ème place en 2015 » au rang des partenaires, a-t-il dit.

Le ministre a expliqué que « cette performance résulte du fait que le Sénégal est parvenu à quadrupler sa production en minerais, multiplier l’exportation d’arachides qui est passée de 1,167 milliards de frs CFA en 2014 à 31,1 milliards de frs CFA en 2015 ».

« Si ces performances sont obtenues, il faut féliciter les hommes d’affaires sénégalais très actifs sur le marché chinois mais aussi saluer l’ouverture aux affaires des autorités chinoises », a dit M. Sarr.

« En 2008, la Chine avait autorisé l’accès de son marché en accordant au Sénégal une franchise douanière pour 742 produits notamment halieutiques et agricoles » a souligné le ministre, relevant que « cela a constitué un avantage pour les industriels sénégalais mais aussi pour l’économie du pays ».

Il a aussi rappelé que la Chine avait décidé, en 2015, de partager son expérience d’industrialisation avec l’Afrique.

Et, a-t-il fait remarquer, « avec la construction à Diamniadio d’un parc industriel pour la délocalisation d’entreprises chinoises au Sénégal, la Chine démontre de plus en plus son pragmatisme à s’inscrire dans le dynamisme positif gagnant-gagnant avec le Sénégal ».

Cependant, Alioune Sarr a soutenu que « malgré toutes ses avancées, les relations entre les deux secteurs privés des pays n’est pas encore à la hauteur des relations diplomatiques ».

S’adressant aux hommes d’affaires chinois, il a soutenu qu’il y a, au Sénégal, « des conditions environnementales, politiques et commerciales pour faire des affaires et investir ».

« Et vous avez accès à un marché de 300 millions de consommateurs du fait de l’appartenance du Sénégal à la CEDEAO (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest) mais aussi sur le marché européens », a-t-il ajouté.

 

APS

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.