Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Série de meurtre: “Nous ne sommes pas dans une société criminogène”, Ousmane Ndiaye psychosociologue

La recrudescence des meurtres au Sénégal commence à prendre un élan inquiétant, le dernier en date, celui Fatoumata Mokhtar Ndiaye égorgée par son chauffeur dans sa propre chambre.

Le psychosociologue Ousmane Ndiaye tente d’expliquer ce phénomène qu’il  juge angoissant, « c’est vrai, c’est préoccupant si l’on fait allusion à l’assassinat de la vice-présidente de Cese et a un certain nombre de meurtres qu’il y a déjà eus. Il faut savoir que la population au Sénégal est de 13 à 14 millions d’habitants ».

Par des chiffres, le professeur réfute toute thèse soutenant qu’on est dans une société criminogène, « Si l’on faisait la moyenne au cours des dix dernières années, les statistiques nous diraient que nous ne sommes pas dans une société criminogène. Il y a certes des meurtres, mais de là à dire que la société sénégalaise est criminogène, certainement pas !il y a des difficultés, c’est vrai ».

« Les individus ont changé depuis la période des indépendances. Il y a des changements en apparence qui montre un affaiblissement des valeurs, du relâchement de l’éducation. Les systèmes-famille aussi bien que l’Etat doivent prendre conscience qu’il y a relâchement dans l’éducation des enfants sénégalais. Quand je dis enfant, cela veut dire tous les sénégalais. Il y a également une société qui est en grande difficulté sur le plan économique, et les conséquences  par rapport au chômage sont énormes. Malheureusement quand on dit chômage, on dit aussi perte d’espoir », a informé le professeur.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.