Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Samba Sow plonge les habitants de Pikine Khourounar dans la déception et la méfiance

« L’apparence est souvent trompeuse » c’est un slogan qui est bien collé à Samba Sow par les habitants de Pikine Khourounar.

Ils sont encore sous le choc de l’assassinat de Fatoumata Makhtar Ndiaye par « son chauffeur Samba Sow ». Ceux qui connaissent Samba Sow avancent tous que c’est un jeune homme nickel et très correct.

« Je n’aurais jamais imaginé qu’il serait capable de faire un acte aussi ignoble. Il venait ici souvent acheter du café, du crédit et causer un peu avec moi. Quand j’ai su la nouvelle à travers les journaux, je m`étais dis qu’a 99% que c’était faux. Tellement Samba est correct de par son habillement et sa personne physique que je n’y croyais pas. Il ne restait jamais dehors au-delà de 22 heures 30, son acte m’a vraiment surpris vu son comportement», se désole Moussa, un boutiquier que Samba fréquentait.

Samba Sow avait loué une chambre à quelques mètres de sa patronne. Il cohabitait avec une jeune femme qui préfère garder l’anonymat. L’air surprise par l’acte et à la fois méfiante de toute personne qui se présente devant elle. « Samba logeait dans cette chambre. On se voyait rarement. Il se levait tôt pour aller au boulot et revenait tard la nuit. Il n’avait jamais montré de changements d’humeur auparavant. Il s’est toujours montré comme un jeune calme, sympathique. A part qui il appelait maman, je ne connais personne de sa famille ».

Du côté de ses compagnons chauffeurs, c’est à la fois la tristesse, la déception et la peur

Regroupés à côté de la maison de la défunte pour assister à l’enterrement prévu aujourd’hui à 15 heures. Tour à tour, ils ont du mal à croire cette histoire, « nous nous regroupons tous au Conseil pour discuter après avoir déposé nos patrons. Vraiment je suis surpris par son acte. Cela ne lui ressemble même pas. Quand mon patron m’a appris la nouvelle, j’ai juré sur le saint prophète que ce n’était pas lui. Qu’il y’avait une erreur sur son compte ». Un autre des leurs fustige que, « maintenant tout le monde se méfie de nous les chauffeurs. Une dame m’a vu garer tout à l’heure et elle m’a dit que nous étions tous les mêmes. En ce moment nous avons même peur, car il suffit d’une seule petite erreur pour qu’on nous renvoie. Il n’était pas comme ça. Il y avait vraiment une forte complicité entre la défunte et Samba. Il l’appelait même maman. Il entretenait de bonnes relations avec tous les chauffeurs qui travaillaient avec lui», rétorque un autre sous le coup de la colère et de la déception à l’endroit de leur collègue.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.