Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

CRIMINALITÉ FINANCIÈRE : 62 déclarations d’opérations instruites par la CENTIF et 1, 3 milliard de franc CFA saisis

La plénière du Groupe intergouvernemental d’action contre le blanchiment d’argent en Afrique de l’Ouest (GIABA) qui se tient depuis hier à Saly a été une occasion pour Waly Ndour, président de la Cellule nationale de traitement des informations financières (CENTIF), de brosser les performances de sa structure. Selon lui, 106 déclarations d’opérations suspectes ont été émises par des assujettis des secteurs financiers au cours des 12 derniers mois, 62 d’entre elles ont été instruites et 1, 3 milliard de francs CFA ont été saisis et versés à la Caisse de dépôt et de consignations (CDC).

Cette réunion  plénière a été une occasion pour le Sénégal d’évoquer certaines mesures prises pour renforcer sa politique en matière de lutte contre la criminalité financière et de fournir quelques statistiques pouvant permettre d’apprécier  le niveau d’opérationnalité de la CENTIF. Elle a aussi permis d’exposer les perspectives, surtout en prélude à l’évaluation mutuelle  dont le Sénégal devra se soumettre en septembre 2017. Cette rencontre a permis à la cellule d’exposer ses réalisations.
Selon Waly Ndour, la Centif a, au chapitre des réalisations, reçu 106 déclarations d’opérations suspectes émises par des assujettis des secteurs financiers et non financiers au cours des  douze derniers mois. « Au cours de la de la même période, la cellule a instruit 62 déclarations d’opérations dont 12 ont donné lieu à la production de rapport transmis au procureur de la République », a indiqué M. Ndour. De plus, a-t-il relevé, le juge a pris par ordonnances des mesures conservatoires consistant à faire procéder au versement à la Caisse de dépôt et de consignations (CDC) d’une somme globale de 1,3 milliard de franc CFA précédemment saisie et bloquée au niveau des banques à la suite des rapports produits par la Centif . cependant, a souligné Waly Ndour, des défis attendent le Sénégal malgré ces performances. Il s’agit notamment de la finalisation du processus d’adoption du projet de loi relative à la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme et de tous les textes réglementaires y afférents, de la conduite jusqu’à son terme de l’évaluation nationale des risques en cours qui va permettre au Sénégal d’élaborer un plan d’actions en vue d’une bonne prise en charge de tels risques ainsi que la formation et la sensibilisation de tous les acteurs nationaux sur le nouveau carde juridique.
A.DIEYE
 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.