Suppression de l’enseignement des langues vivantes : une «mesure irréfléchie», selon le SAEMSS

Le SAEMSS a condamné la décision du gouvernement de supprimer l’enseignement des langues vivantes (Allemand, Russe, Italien), dans les collèges. Idem pour les questions relatives aux redéploiements des enseignants et à la lancinante question du retard de paiement des salaires des professeurs contractuels.

Le Syndicat autonome des enseignants du moyen et secondaire du Sénégal (SAEMSS) n’est pas d’accord avec le gouvernement qui a sorti une circulaire, pour supprimer des disciplines enseignées, comme Langues vivantes 2 (Lv2), au niveau du moyen et du secondaire. Il s’agit notamment des langues telles que l’Allemand, le Russe et l’Italien. Le Secrétariat permanent du syndicat qui s’est réuni, mercredi dernier, s’est fendu un communiqué pour exprimer sa désolation après cette mesure. «Le Secrétariat permanent du SAEMSS s’insurge contre ces manquements graves et ces décisions unilatérales qui risquent de mettre le feu aux poudres, dans un contexte où les principaux acteurs du système éducatif sont en train d’œuvrer pour la pacification de l’espace scolaire», souligne Saourou Sène, secrétaire général du Saemss.

 Ainsi, ses camarades demandent au gouvernement de revoir sa copie sur ce sujet. «Le Saemss réaffirme son soutien à l’ensemble des collègues touchés par cette mesure irréfléchie et demande à l’Etat de revenir sur sa décision et de convier les partenaires sociaux à des séances de partage sur la question, afin de trouver des propositions pertinentes et consensuelles», affirment-ils. Saourou Sène et Cie déclarent qu’il est inacceptable de procéder à des suppressions d’emplois pour la matérialisation des conclusions des Assises nationales de l’Education et de la formation (Anef). D’après les acteurs de l’Education, le gouvernement a supprimé ces matières pour une réorientation générale du système éducatif vers les sciences et la technologie, conformément à une recommandation principale des Anef.

Le Saemss s’est aussi prononcé sur ce qu’il appelle des «redéploiements arbitraires» des enseignants. «Nous condamnons, avec véhémence, les violations systématiques des droits des enseignants et du principe de la gestion démocratique des personnels, par le ministère de tutelle qui  a, sous le prétexte fallacieux de surnombre d’enseignants constaté dans certaines Inspections d’académie (Ia), procédé à des redéploiements dans certaines régions», note-t-on. Ce syndicat déplore aussi les retards de paiement des salaires des corps émergents qui refont surface dans la plupart des Inspections d’académie (Ia), malgré les multiples engagements pris par les autorités d’apporter un règlement définitif à la question.

Cette suppression de l’enseignement de trois langues dans les collèges a poussé le Collectif des étudiants germanistes de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) à tenir un sit-in, ce samedi, dans l’enceinte de la Faculté des Lettres et sciences humaines.

Mamadou GACKO (Walf Quotidien)

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.