Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Présidence de la Commission : Bathily veut faire l’histoire à l’Ua

Au-delà d’un simple panafricaniste, le professeur Abdoulaye Bathily, a affirmé hier à Dakar, lors d’une rencontre de discussions autour de sa candidature à la présidence de la Commission de l’Union africaine, qu’il se veut «un soldat du Peuple africain» et soutient que sa candidature «n’est pas circonstancielle». D’ailleurs, pour certaines personnalités africaines, Bathily serait le meilleur candidat.

En lice pour la succession de la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma, le professeur Abdoulaye Bathily a lancé officiellement sa campagne «For Bathily» pour la conquête de la présidence de la commission de l’Union africaine (Ua) prévue en janvier prochain. Soutenu par le Président Macky Sall, qui avait présenté sa candidature à la course pour la présidence de l’Ua, le Pr Bathily a, à cet effet, organisé une rencontre avec d’éminentes personnalités africaines pour réfléchir sur des propositions de la commission de l’Ua qui répondent aux attentes des Africains.

Lors de cette rencontre, M. Bathily a annoncé qu’il se voulait être désormais le «soldat du Peuple africain». En effet, au cours de la réunion d’hier avec des personnalités comme Samir Amin, Patricia McFadden (Afrique du Sud) Jose Brito (Cap Vert), Hesphina Rukato (Zimbabwe), Alioune Sall, M. Abdoulie Janneh (Gambie), Pr Georges Ntalaja-Nzongola de la Rdc, M. Napoleon Abduai du Ghana, l’ex-Pm Aminata Touré, le secrétaire général de la Ligue démocratique (Ld) Mamadou Ndoye, M. Mansour Kama, le Général Mansour Seck, Pr Ndioro Ndiaye pour ne citer que ceux-là , l’ancien leader de la Ld a souligné que sa «candidature n’est pas circonstancielle, c’est pour participer à la réhabilitation de l’Afrique». Selon lui, le choix porté sur la commission de l’Union africaine est un prolongement d’une «vie militante». «C’est une candidature qui veut apporter quelque chose à l’Union africaine qui est dans un contexte plein de défis avec le chômage des jeunes, la sécurité, l’intégration économique, l’unité africaine…», a-t-il ajouté.

A l’en croire, il veut réhabiliter le continent africain et lui donner sa place dans le monde d’aujourd’hui, faire de l’Afrique, un acteur positif dans la transformation du monde et l’amélioration de la vie des Africains. M. Bathily, qui dit ne pas s’engager de manière légère, compte mobiliser les Peuples africains pour forger leurs destins surtout pour la jeunesse qui juge inaccessible l’Ua.

Face à son engagement, ses invités qui ont assuré le débat au cours des discussions n’ont pas manqué de souligner l’importance du rôle que devrait assurer l’ancien représentant spécial de l’Onu pour Afrique pour diriger la commission de l’Ua à travers des suggestions et propositions. Ainsi, Dr Patricia Mcfadden invite l’ancien ministre sénégalais à miser sur la renaissance du panafricanisme pour le futur du continent. «Il est temps que l’Afrique soit une terre d’épanouissement et pour ce faire, il nous faut un homme comme Abdoulaye Bathily qui a toujours défendu la justice sociale», a-t-elle estimé. Mais, cela ne saurait se faire, selon Jose Brito, ancien ministre des Affaires étrangères du Cap Vert, sans la poursuite des réformes enclenchées déjà par la Commission et la transformation du continent grâce à l’aide d’une bonne stratégie déroulée sur le long terme. Pour lui, l’Afrique a besoin d’une rupture qui va mobiliser les Africains autour des grands défis du monde.

Les panélistes veulent le meilleur et le plus compétent à la tête de l’Ua. Et sur ce, l’ancien Premier ministre, Mme Aminanta Touré, voit en Bathily le meilleur candidat grâce à son expérience, son expertise et sa personnalité. Pour elle, il est le président qui «sait mener campagne et gagner, fera gagner».

 

lequotidien.sn

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.