Sortie du chef de l’État : Les leçons de Macky à ses opposants

Le chef de l’Etat est concentré sur sa mission et n’a pas le temps d’engager la polémique avec son opposition. Macky Sall l’a indiqué à la journaliste Maïmouna Ndour Faye, qui s’entretenait avec lui, en marge de son déplacement en Pologne. Il a rappelé que même dans l’opposition, il ne voulait pas perdre de temps avec la «surexposition médiatique», au détriment de l’intérêt envers «le pays réel».

Le président Macky Sall ne veut manifestement pas se mettre à polémiquer avec son opposition, et surtout pas à travers les médias. Au cours d’un entretien accordé à notre consœur Maïmouna Ndour Faye, et mis en ligne hier sur le site www.azactu.net, le chef de l’Etat ne s’est pas gêné pour faire la leçon à ses opposants, qui «sont plus dans l’exposition médiatique». Avec sa froide ironie, Macky Sall a assuré : «C’est heureux que l’opposition soit présente dans le champ des médias. Ç’aurait été plus grave qu’elle soit dans le cœur des Sénégalais ou sur le terrain politique».
Une manière de faire comprendre qu’il n’avait pas l’intention de se battre avec eux quant à l’occupation des plateaux télés ou radio, parce que, comme il le dit lui-même, il est en plein dans la réalisation de ses projets pour le pays : «Je suis dans le temps de l’action, je dirige le pays», expliquera-t-il. Par conséquent, il ne fait pas de «fixation sur ce que fait ou dit l’opposition». Et comme pour la railler encore plus, il rappelle que cette position qui est la sienne aujourd’hui au pouvoir, Macky Sall l’avait déjà adoptée depuis bien longtemps.
«Quand j’étais dans l’opposition, j’avais décidé de laisser la surexposition médiatique à Dakar et d’aller dans le pays profond». Il est de notoriété publique que si Macky Sall a pu coiffer les autres opposants au poteau et se placer au second tour de la Présidentielle de 2012, c’est parce qu’au lieu de se contenter de demander, sur la Place de l’Indépendance, l’invalidation de la candidature de Abdoulaye Wade à ladite élection, il avait planté là ses collègues, pour aller battre campagne dans le pays profond. Et il a expliqué que pour lui, «il y a un pays profond, un pays réel, et il y a une tempête médiatique permanente à Dakar, qui n’a rien à voir avec la réalité».
Au cours de son séjour à Varsovie, d’où l’entretien a été réalisé presque à la fin, Macky Sall a rappelé qu’il avait encore pour longtemps, l’intention de sillonner le pays, «pour voir la situation de nos compatriotes», et mettre en œuvre les politiques destinées à soulager les plus démunis d’entre eux, à entendre leurs propos. Il assure par ailleurs, que l’impact social de ses politiques est visible, et que les conditions de vie de la population sénégalaise, ou du moins, d’une partie la plus pauvre, se sont améliorées.
L’entretien avec Maïmouna Ndour Faye a été l’occasion d’aborder le volet des réalisations économiques et des performances du pays sur le plan des finances et celui des infrastructures, gages de réussite pour les programmes de développement économiques à venir. Le chef de l’Etat indique que l’opposition ne lui a pas fait de propositions utiles à la bonne marche du pays. Et il assure que lui ne se sentirait pas gêné de bénéficier de propositions utiles venant de l’opposition.
Macky Sall a rappelé qu’il a initié le dialogue politique au Sénégal, qui d’ailleurs, à l’entendre, se poursuivrait dans d’autres instances. «J’ai initié le dialogue, mais ce n’est pas moi qui dialogue. Le contenu et le menu du dialogue se discutent ailleurs, sous la coordination du Ministre de l’Intérieur, chargé des questions politiques», rappelle-t-il. Macky Sall a assuré par ailleurs que les prochaines élections législatives, se tiendront à date échue, et que les nouvelles cartes biométriques, qui devraient servir également de cartes d’électeur, seraient bientôt largement distribuées au cours de ce mois de novembre.

mgueye@lequotidien.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.