Kaolack a commencé avec la carte d’identité biométrique à puce de la CEDEAO

Les opérations de conception et réalisation de la carte d’identité biométrique à puce de la CEDEAO, Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest ont démarré dans les commissions administratives logées au sein des préfectures et sous-préfectures de la région de Kaolack (centre), a-t-on appris mercredi du gouverneur Lamine Sagna.

« Au moment où je vous parle, les commissions administratives des départements de Kaolack, Nioro et Guinguinéo ont lancé leurs opérations de confection de la carte d’identité biométrique », a-t-il déclaré à des journalistes.

Venu présider le démarrage officiel des opérations au niveau de la commission administrative installée dans les locaux de la préfecture de Kaolack, M. Sagna a appelé les populations de la capitale du Saloum à se rapprocher de ces commissions pour « remplir les formalités requises » pour l’obtention de cette carte d’identité.

Le Sénégal a décidé de faire de la carte d’identité biométrique à puce CEDEAO également une carte d’électeur, à condition que le requérant le souhaite, a-t-il rappelé.

L’inscription sur les listes électorales n’étant « pas obligatoire’’ au Sénégal, il faudrait que l’intéressé « souhaite que sa carte d’identité biométrique et d’électeur ne soient qu’une ».

« En tant que délégué du chef de l’Etat, Macky Sall, dans la région, j’ai procédé au lancement pour montrer aux populations que les opérations ont effectivement démarré dans la région », a-t-il relevé, en présence du préfet du département, Fodé Fall.

Selon le gouverneur de Kaolack, cette nouvelle carte est « une révolution », en ce sens qu’elle confère « beaucoup d’avantages » parmi lesquels, la facilitation des procédures administratives dans les 15 pays membres de la CEDEAO, l’identification physique des personnes, le stockage des données personnelles du détenteur et divers autres applications.

« Donc, nous encourageons les populations de Kaolack à rapidement venir se faire inscrire, mais aussi à faire preuve de patience, car nous n’avons pour le moment qu’une seule commission administrative fonctionnelle au niveau de chaque département et arrondissement de la région », a lancé le chef de l’exécutif régional.

« Il va y avoir d’autres centres d’instruction fixes ou mobiles de la carte nationale d’identité qui seront ouverts dans les communes, les quartiers de la région. Nous y travaillons pour faciliter l’obtention de la nouvelle carte par la population », a-t-il assuré.

 

APS

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.