Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Adaptation aux changements climatiques : 3,5 milliards de FCfa du Fem pour les producteurs des zones rurales vulnérables

Les localités de Tambacounda, de Koulor et de Koussanar ont intégré les clubs Dimitra « déesse de la fertilité et des moissons pour l’intégration de la résilience climatique dans la production agro pastorales ». La Fao, en collaboration avec la Fédération nationale des producteurs de coton, vient de renforcer les capacités des producteurs à faire face aux chocs et à s’adapter aux changements climatiques.

Le projet, financé par le Fonds mondial pour l’environnement pour 5,2 millions de dollars, soit 3,5 milliards de FCfa sur une durée de cinq ans dans le Ferlo, le bassin arachidier et la zone cotonnière, vise à améliorer la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans ces zones et à augmenter les revenus des producteurs, notamment dans les zones rurales vulnérables à travers les champs-école paysans.

Les principes et le processus de mise en place sont basées sur le genre, la communication participative, la mobilisation sociale des femmes, des hommes, des jeunes en milieu rural. Ils s’inscrivent dans l’objectif stratégique 3 de la réduction de la pauvreté de la Fao particulièrement l’objectif spécifique de la réduction de la pauvreté en milieu rural, a expliqué Awa Ndiaye Diop, l’adjointe au gouverneur de Tambacounda, chargé du développement. Ces clubs Dimitra s’inscrivent en droite ligne avec la politique de territorialisation des politiques publiques prônées par le chef de l’Etat.

Pour Awa Diop Ndiaye, la territorialisation des politiques implique une démarche participative et inclusive. Et ce sont les populations qui doivent identifier leurs besoins en projets et programmes pour le remonter au niveau central. Et ces populations, pour identifier leur besoins, ont obligation d’être formées. C’est tout l’intérêt de ces clubs qui vont réfléchir sur les problèmes qui les intéressent face aux changements climatiques et agir sur leur environnement immédiat. « Il faut se féliciter des succès obtenus par le projet dans d’autres pays de l’Afrique et dans la zone d’expérimentation à Vélingara, au centre de la zone cotonnière », a déclaré l’adjointe au gouverneur de Tambacounda, chargée du développement. Elle a ajouté que Tambacounda, Koulor et Koussanar seront un terreau fertile pour l’application des activités du projet.

Pour Cheikh Guèye, assistant au représentant de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture au Sénégal, les clubs Dimitra visent à intégrer la résilience climatique dans la production agro pastorale «  pour la sécurité alimentaire dans les zones rurales vulnérables à travers les champs-école paysans ». Makhfousse Sarr, le coordinateur du projet a expliqué que celui-ci a une logique d’intervention basée sur l’approche de la Fao pour optimiser les capacités techniques et organisationnelle des communautés de base et améliorer leurs conditions de vie. Le Fonds mondial pour l’environnement prévoit d’investir 5,2 millions de dollars, soit 3,5 milliards de FCfa sur cinq ans dans trois zones agroécologiques du pays. Il s’agit du Ferlo, du bassin arachidier et de la zone cotonnière.

Pape Demba SIDIBE

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.