Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Fatou Bintou DJIBO, REPRÉSENTANTE RÉSIDENTE DU PNUD : « La modernisation de l’administration pourrait jouer un effet d’attraction des investissements directs étrangers »

La réforme du service public pourrait jouer un effet d’attraction des investissements directs étrangers et de promotion de partenariat public privé auquel le PSE consacre une large part dans la mise en œuvre de ses projets phares. C’est la conviction de la représentante résidente du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), madame Fatou Bintou Djibo, qui prenait part ce jeudi à la cérémonie d’ouverture de l’atelier de formulation du cadre stratégique du ministère de la Fonction publique, de la Rationalisation des effectifs et du Renouveau du Service public.

Au cours de cette rencontre qui a mobilisé l’ensemble des experts du ministère, la représentante résidente du PNUD a soutenu que « la réforme du service public devient une exigence institutionnelle pour assurer la réussite du Plan Sénégal émergent (PSE) à travers le renforcement  des capacités d’impulsion de l’Etat ». Cette réforme, a déclaré madame Fatou Bintou Djibo, constitue une forte exigence des usagers de service public exprimé à travers l’affirmation du contrôle citoyen. « La réforme du service public est également nécessaire pour la mise en œuvre de l’Acte 3 de la Décentralisation qui consacre des changements majeurs dans le champ du développement local et territorial. Elle peut aussi jouer un effet d’attraction des investissements directs étrangers et de promotion de partenariat public privé auquel le PSE consacre une large part dans la mise en œuvre de ses projets phares », a-t-elle souligné.
Dans la perspective du basculement au budget programme, à la gestion axée sur les résultats et à la reddition des comptes conformément aux recommandations de l’UEMOA, le PNUD, selon madame Djibo, a appuyé l’élaboration du schéma directeur de la modernisation de l’administration publique adoptée en 2015. « Ces réformes qui entre en vigueur dès le 1er janvier 2017 constituent un levier important pour améliorer l’efficacité de la dépense publique et la qualité du service rendu aux usagers », a fait savoir la représentante résidente du PNUD. Le document a facilité au niveau national la transpostions de ces  nouvelles directives de l’UEMOA, a-t-elle ajouté en félicitant le ministère de la Fonction publique pour avoir été parmi les premiers départements ministériels à s’être engagé dans le processus de préparation des budgets programmes. « Au Sénégal, cette dynamique trouve largement écho avec la mise en œuvre effective du programme d’investissement du PSE qui conditionne la réussite des projets phares à la conduite des 18 réformes clés dont celle liée à la modernisation de l’administration publique », a soutenu madame Djibo.
A.DIEYE
 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.