Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

inauguration de la centrale solaire de Bokhol: 20 MW supplémentaires dans le réseau de la SENELEC

Le président de la République, Macky Sall, a inauguré avant-hier, samedi 22 octobre, la centrale solaire de Bokhol (Dagana) qui va fournir de l’électricité à près de 160.000 personnes.

Cette centrale est érigée sur 35 hectares est constituée de 76.000 panneaux de 265 watts chacun. Avec sa mise en service c’est 20 mégawatts supplémentaires qui sont injectés dans le réseau de distribution de la Société nationale d’électricité (SENLEC).

20 mégawatts supplémentaires, c’est l’énergie que la centrale solaire de Bokhol (Dagana) va permettre d’injecter dans le réseau de distribution de la Société nationale d’électricité (SENLEC). Cette centrale qui va fournir de l’électricité à près de 160.000 personnes est érigée sur 35 hectares est constituée de 76.000 panneaux de 265 watts chacun. Le président de la République, Macky Sall, a procédé à son inauguration avant-hier, samedi 22 octobre.

Selon toujours l’APS, l’énergie qui sera produite à partir de cette centrale solaire sera livrée à SENELEC suivant un contrat d’achat de vingt ans et devrait permettre à la société de couvrir les besoins de 18.000 ménages. Elle a été réalisée pour une coût de 17 milliards de F Cfa grâce à un partenariat public-privé suivant un schéma de capitalisation faisant en sorte que 45% des revenus tirés des investissements réalisés resteront au Sénégal, selon ses promoteurs.

Il s’agit d’un partenariat entre la Caisse des dépôts et de consignation du Sénégal (CDC) et des investisseurs privés locaux et internationaux souhaitant tirer profit du potentiel africain en matière de projets d’énergie renouvelable, lit-on dans un communiqué de presse. La CDC qui a contribué à hauteur de 3,2 milliards de F Cfa dans ce montage financier détient 33% du capital, à côté d’autres investisseurs sénégalais. Cette centrale est aujourd’hui présentée comme la première du genre dans la sous-région au regard de sa puissance.

La Senelec invitée à réfléchir sur une baisse de l’électricité d’ici janvier

Dans son allocution lors de la cérémonie, le chef de l’Etat a invité les responsables de SENELEC à réfléchir sur la possibilité d’une réduction du prix de l’électricité pour les consommateurs d’ici à janvier 2017. «Je voudrais demander à la SENELEC de réfléchir sérieusement sur la possibilité de réduire le prix de l’électricité vendue aux consommateurs d’ici au mois de janvier 2017. Nos partenaires n’ont pas à avoir peur puis qu’ils seront payés», a-t-il déclaré.

Et Macky Sall de poursuivre: «il me semble que les performances réalisées par SENELEC dans la lutte contre la fraude et les pertes techniques, ses bilans positifs enregistrés ces dernières années et la réduction des coûts des produits pétroliers, peuvent favoriser cette baisse». A l’en croire, SENELEC a pu se passer aujourd’hui de la subvention annuelle de l’Etat qui était de l’ordre de 105 milliards de francs en 2012. «Cela doit donc permettre de réviser la structure tarifaire au profit des consommateurs», a-t-il relevé, rappelant que «de 97 F Cfa par kilowatt heure en 2012 le coût de production de l’électricité est tombé à 44 F Cfa le KW heure. Et de 900 heures de coupure en 2011 SENELEC est aujourd’hui en dessous de 80 heures de coupure».

Les partenaires financiers invités à investir dans les énergies alternatives 

En outre, Macky Sall a invité les partenaires financiers à investir dans le développement des énergies alternatives afin de rendre compétitifs les coûts de production et contribuer à la baisse du prix de l’électricité vendue aux consommateurs. «Le Sénégal entre de plein pied dans l’ère des énergies propres contribuant ainsi à sauvegarder la planète par la réduction de gaz à effet de serre.

En conséquence, je lance un appel à tous les partenaires qui veulent nous accompagner à investir dans le développement des énergies alternatives», a-t-il soutenue. Pour le président de la République, «le meilleur appui que les partenaires peuvent nous apporter c’est d’appuyer directement les projets en cours par des subventions qui rendront plus compétitifs les coûts de production et baisser à terme le prix de l’électricité vendue aux consommateurs».

La construction de cette centrale solaire photovoltaïque a duré sept mois. 40 % des actions sont ainsi détenus par des privés locaux. Le montage financier réalisé dans le cadre du partenariat public-privé concerne notamment la CDC, Green Wish, une société d’investissement spécialisée dans les énergies renouvelables en Afrique subsaharienne, et d’autres partenaires privés.

Suffisant pour que Mack Sall lance déclare que «le montage financier de ce projet correspond exactement à l’idée que je me fais du processus de développement à savoir que sur la voie du progrès nous devons d’abord compter sur nous-mêmes par la mobilisation de nos propres moyens. Je salue le montage financier qui a été fait. Je suis satisfait et fier de constater que l’installation de cette centrale s’est faite en 7 mois seulement et a mobilisé 300 travailleurs provenant surtout des localités environnantes», a-t-il insisté.

Selon lui, «Bokhol doit être fière d’avoir mis le Sénégal dans le bon sens de l’histoire et de l’actualité à quelques semaines de la COP 22 à Marakech (Maroc) où il sera beaucoup question de l’énergie renouvelable». En atteste, cette centrale solaire a été conçue et construite dans le plus strict respect des normes environnementales internationales. Les installations doivent en outre permettre d’éviter 23.000 tonnes d’émission de CO2 chaque année.

Le Sénégal entre de plain pied dans l’ère des énergies propres 

Le président Sall a également affirmé que la mise en service de la centrale photovoltaïque de Bokhol, dénommée Senergy 2, consacre l’entrée de plain-pied du Sénégal dans l’ère des énergies propres. «C’est dire que le Sénégal entre de plain-pied dans l’ère des énergies propres, contribuant ainsi à sauvegarder la planète par la réduction des gaz à effets de serre». Et dans quelques jours, «nous allons inaugurer une autre centrale solaire de 20 MW à Malicounda», dans le département de Mbour, a-t-il informé.

Aussi a-t-il souligné l’importance de du mixte énergétique pour le Sénégal et dont la matérialisation réside dans la mise en mise en service prochaine des centrales solaire de Santhiou Mekhé (29, 5 Mw), de Mérina Dakhar (29 Mw), de Kahone (20 Mw). Il a également cité la centrale solaire de 15 MW de Diass, fruit de la coopération allemande, ainsi que les centrales des Iles du Saloum (SDjirnda, Bassoul/Bassar, Bettenty et Dionewar/Niodior), et les centrales hybrides solaires de Kidira, Goudiry et Médina Gounass.

«A ces projets s’ajoutent les 100 Mw de solaire dans le cadre du programme +Scaling solar+ de la Banque mondiale et les premiers 50 Mw du parc éolien de 150 Mw de Taïba Ndiaye», a dit Macky Sall qui dit accorder «un intérêt particulier aux projets d’extension de Tobène Power (35 Mw), de Contour Global (30 MW) et celui de Sendou (125 MW)».

Engagement: électrifier 60% du monde rural en 2017

Enfin, le président Sall a réaffirmé son engagement d’arriver à un taux de l’électrification rurale d’au moins 60% dès 2017. «Je voudrais surtout redire ici, solennellement et avec insistance, toute l’importance que j’accorde à l’objectif d’atteindre un taux d’électrification rurale de 60% dès 2017.

C’est la priorité des priorités. Le développement inclusif me tient à cœur car je trouve injuste que les populations laborieuses du monde rural restent les éternelles oubliées du développement. Sur le chemin du véritable développement, le monde rural reste au cœur de mes préoccupations. C’est un des grands combats que je continuerai de mener sans répit», a-t-il souligné.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.