Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Gakou, Barth et Déthié Fall, les héros du jour

Le leader du Grand parti, El hadji Malick Gakou, Ousmane Sonko et le vice-président de Rewmi, Déthié Fall ont été les héros de la marche de l’opposition. Ils ont ravi la vedette à certains de leurs camarades qui ont disparu dès les premiers heurts à hauteur de la Rts. En effet, c’est le président du Grand parti qui a déclenché les hostilités devant la Rts en fonçant à deux reprises sur le barrage érigé par les forces de l’ordre. Déterminé à marcher pour dénoncer les dérives du régime en place, Malick Gakou a engagé la colonne de policiers pour se frayer un chemin. Alors les forces de l’ordre lancent les grenades lacrymogènes pour disperser la foule qui prend les Allées du centenaire pour rejoindre la Place de l’Obélisque. Dès que les grenades lacrymogènes ont commencé à tonner, le coordonnateur national adjoint du Parti démocratique sénégalais (Pds) s’est réfugié à la Rts. Le président de Rewmi, Idrissa Seck, n’a pas voulu prendre des risques. Il s’est engouffré dans son véhicule pour disparaître laissant son adjoint, Déthié Fall braver les forces de l’ordre. Le président de Bokk Gis Gis, Pape Diop n’a pas fait mieux que le président du Conseil départemental de Thiès, Idrissa Seck. Dès que les choses ont commencé à être carabinées, le leader de Bokk Gis Gis s’est frayé un chemin.

Perdu dans la foule enveloppée dans un nuage de fumée de lacrymogènes, Pape Diop a disparu. Idem pour le président de l’Alliance pour la citoyenneté et le Travail (Act). Abdoul Mbaye, qui faisait son baptême de feu, a subi la rigueur de la répression policière. Pris dans le mouvement de foule après le largage de grenades, le leader de l’Act a été évacué des lieux par ses gardes corps. D’après le communiqué de son parti, Abdoul Mbaye se porte bien. Le leader de Aj/Pads, Mamadou Diop Decroix, lui, aussi a rejoint l’Assemblée nationale dès les premières minutes des affrontements entre les forces de l’ordre et les marcheurs. Parmi les leaders de l’opposition, seuls Malick Gackou et Déthié Fall ont poursuivi le périple périlleux. Barthelemy Dias leur vient en appoint pour chauffer les rues. Le trio est poursuivi pas-à-pas par les forces de l’ordre qui l’ont pourchassé jusqu’à l’Avenue Bourguiba. A chaque fois qu’il s’arrête pour s’adresser aux journalistes, c’est une pluie de grenades qui lui tombe dessus.

M. NGOM (L’AS)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.