Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

«Commercialisation» future des cartes d’identité : Mamour Cissé crie au scandale

Le scandale sur le pétrole n’enchante guère le leader du Psd/Jant-bi, Mamour Cissé. Face à la presse hier, il s’est prononcé hier sur l’affaire Petro-Tim. M. Cissé a estimé que le scandale sur le pétrole mettant aux prises l’opposition, Frank Timis et Alioune Sall est une polémique explosive, aggravée par une foultitude de plaintes et de contre-plaintes qui étouffent les complaintes légitimes du Peuple. «Des fuites de pétrole et des émissions de gaz lourde polluent notre environnement socio-politique, augmentent la température ambiante pour rendre l’atmosphère totalement irrespirable», s’est indigné M. Cissé. Devant un tel constat, le Psd/Jant-bi ne compte pas laisser la situation perdurer.

Selon Mamour Cissé, il y a nécessité pour l’Assemblée nationale, face aux risques de fragilisation de la paix civile, de créer une commission d’enquête parlementaire pour édifier les Sénégalais sur tout ce qui se passe et tout ce qui se dit sur le pétrole car, estime-t-il, si l’aspect judiciaire est une chose, le droit à l’information du Peuple en est une autre. «Il faut savoir raison garder dans cette affaire. Raison pour laquelle, l’Assemblée doit s’autosaisir et édifier les Sénégalais sur la base d’expertise.»
A propos de la marche de l’opposition prévue aujourd’hui pour dénoncer un scandale sur la gestion du pétrole, le Psd/Jant-bi y voit une recomposition politique, un mélange de gens assez «détonnant». «Comment peut-on concevoir que Malick Gackou, ancien ministre du Commerce, qui a subi sous le joug de son ancien Premier ministre, Abdoul Mbaye, pire que ce que le pain subit dans le four, se retrouve enthousiaste et chaleureux à côté de ce même Premier ministre pendant qu’un ancien Pm sans état d’âme s’accommode de s’accompagner des dealers internationaux de la libération de Karim Wade ?», s’est-il interrogé pour décrier l’alliance entre Malick Gackou et Abdoul Mbaye. Mais à l’en croire, cette alliance est suspecte et mérite un nom propre : «Le regroupement des chassés du pouvoir en colère contre Macky Sall».
Pour lui, la marche de ce 14 n’est pas un programme, mais un attelage d’états d’âme au milieu des préoccupations du Peuple sénégalais. Il est convaincu qu’une opposition doit avoir une éthique et un moral. «Je respecte leur point de vue, mais je ne le partage pas. Nous sommes dans l’opposition, mais dans une opposition responsable. Et non dans celle où des gens qui avaient combattu Wade veulent refaire la même chose avec Macky Sall», a-t-il précisé.
Mamour Cissé estime que, pour autant, on ne doit pas interdire la marche de l’opposition, car une démocratie doit avancer en marchant. Il invite l’opposition à se prononcer sur les préoccupations majeures du Peuple sénégalais et «nous sommes étonnés par le silence assourdissants de l’opposition sur le monopole de France Télécoms avec les appels entrants qui doivent permettre à l’Etat de gagner tous les ans, au minimum, 67 milliards de F Cfa».
Sur la sortie de Ousmane Ngom qui a dit que Wade a dans un premier temps refusé de féliciter Macky Sall lors de la victoire de ce dernier avant de revenir sur sa décision, M. Cissé a rappelé qu’il a été avec l’ex-Président au moment où ce dernier avait tenu à appeler Macky Sall et c’est même Karim Wade qui lui a donné le numéro de Macky.

msfaye@lequotidien.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.