Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Momar Diongue : l’incarnation de la médiocrité médiatique

Décidément, les Sénégalais vont tarder à être sauvés des méfaits dangereux, des produits d’élucubrations aussi saugrenues qu’extravagantes. La plupart des hommes de médias qui sont censés éveiller nos pauvres compatriotes les enfoncent de plus en plus dans le labyrinthe de l’inculture, de la désinformation, de la manipulation et de l’intoxication. Le plus en vue de ce « gang », ces dernières semaines, est sans nul doute, Momar DIONGUE, pour ne pas le nommer. Ce dernier a eu l’outrecuidance, certainement dopé par le titre pompeux « d’analyste politique », de réaliser une chronique portant non pas sur la conférence publique animée par Serigne Moustapha SY juste après la fête de Tabaski 2016, mais sur le soutien clairement exprimé, à l’occasion de cet événement, par le guide des Moustarchidines à l’endroit de l’actuel Maire de Dakar Khalifa SALL. Ce faisant, M. DIONGUE, à travers ses affabulations, prouve qu’il est l’incarnation de la médiocrité médiatique et donne raison par la même occasion à Pascal DURAND et Sarah SINDACO selon qui : « la vie des idées se trouve dominée par des essayistes (et chroniqueurs) aux écrits aussi efficaces médiatiquement qu’intellectuellement médiocres ».
En effet, lorsque M. DIONGUE fait preuve d’une paresse intellectuelle au point de refuser de rapporter fidèlement et intégralement les propos d’une auguste autorité comme Serigne Moustapha SY, c’est parce que simplement sa médiocrité qui révèle en toile de fond sa mesquinerie en est la cause. Certes, le Responsable Moral (RM) a dit publiquement, s’adressant à ses disciples, que « soutenir Khalifa SALL est une obligation », mais, il a ajouté : « ce n’est pas parce qu’il est l’homonyme de Khalifa Ababacar SY (RTA), (ce qui indispose ou choque apparemment M.DIONGUE ; S’il portait un autre nom, on allait le faire, martèle Serigne Moustapha SY ». Ainsi, quoi de plus normal, pour Serigne Moustapha SY de soutenir politiquement quelqu’un avec qui il partage le même idéal, quelqu’un qui l’aide dans sa mission, confiée à lui par le premier successeur de Maodo (RTA), fut-il Khalifa Ababacar SALL ! Qualifier un tel argument « de juste un retour d’ascenseur ; d’échange de bons procédés » n’est que de la délation.
D’ailleurs, contrairement à l’approche maladroite de M. DIONGUE, le premier des Moustarchides, a eu en 1993, à une époque où s’engager politiquement n’était pas un jeu de plaisir, comme il est de plus en plus aujourd’hui, devant la toute puissance et tyrannique régime socialiste, à prendre fait et cause pour Abdoulaye WADE. Inspiré par l’idéal démocratique de changement, il avait engagé son mouvement dans les pénibles luttes d’émancipation démocratiques à côté du peuple, des forces du changement, sans pour autant, comme il avait déjà dit, lors de la ziarra du Mawlid 2007 à Tivaouane, s’attarder sur l’appartenance confrérique d’Abdoulaye WADE. Payant ainsi l’un des plus lourds tributs de ces conquêtes démocratiques puisque le Dahiratoul Moustarchidine Wal Moustarchidaty (DMWM) avait fait l’objet d’une mesure administrative de suspension suite aux événements du 16 Février 1994. Ce parcours honorable d’un mouvement religieux dans le système politique sénégalais est unique en son genre et mérite d’être inscrit en ligne d’or sur les pages de l’histoire politique de notre pays.
S’agissant du Ndiguel (consigne de vote), de plus en plus, M. DIONGUE et ses « complices », théorisent sa disparition dans le champ politique sénégalais, y travaillent tous les jours, pour qu’ils puissent s’attribuer la place de responsables comme Serigne Moustapha SY dont la légitimité confère un tel pouvoir. Pensant s’adosser sur leur pollution médiatique, ils s’emploient à dresser les Sénégalais contre l’autorité naturelle de leurs guides religieux. Le jour où les Sénégalais seront laissés à la merci de ces faux intellectuels, le pays va sombrer dans le chaos ! Dans certaines démocraties, il existe de grands électeurs qui bénéficient de la confiance de plusieurs de leurs compatriotes pour des raisons diverses et concernant le Sénégal, les hommes de Dieu l’ont été et le seront encore pour leur probité morale et leur sens de responsabilité. Ce que M.DIONGUE et compagnie les envient certainement! Croire que les Sénégalais qui ont une conscience éveillée vont se départir du Ndiguel et par conséquent ceux qui s’y conforment ne l’ont pas, c’est faire fausse route! Dans la même optique, traiter Serigne Moustapha SY d’ « éternel looser », c’est insulter l’avenir d’une part, et d’autre part c’est se tromper de paradigmes. En clair, la victoire électorale, pour M. DIONGUE, c’est la seule qui vaille en politique, parce qu’obnubilé par le pouvoir temporel.
En revanche, un homme de Dieu de la trempe de Serigne Moustapha SY, en apportant son soutien à un leader politique, ne signifie pas qu’il lui garantit la victoire électorale. Jusqu’ici, il ne s’est jamais engagé en ces termes avec tous ceux qui ont eu à bénéficier du vote des Moustarchides. Puisque, pour lui, perdre et gagner ressortent de la volonté divine parce que tous les pouvoirs, particulièrement le pouvoir politique, appartiennent à ALLAH (SWT), qui le délègue, comme il a eu à le démontrer dans l’une des éditions des Universités du Ramadan, à celui sur qui « les concitoyens, (dans leur écrasante majorité), placent leur confiance ». Quant aux disciples Moustarchides (ceux qui adhérent aux principes du DMWM), ils n’ont la conscience tranquille que quand ils se conforment au Ndiguel émis par leur Responsable Moral (RM), c’est le seul combat qui mérite d’être gagné et la seule victoire qui importe pour eux ! Lorsque maintenant M. DIONGUE prétend les juger et ose les prendre pour du « bétail électoral », il convient juste de reprendre les propos de Serigne Pape Malick SY pour le lui attribuer. Répondant à un vieux qui était venu, avec un ton moqueur, lui dire que le DMWM, faisait l’objet d’un acte de dissolution de la part de M. Djibo Leiti KA, l’homonyme de Maodo (RTA) lui répondit, sans détours, ceci : tant que le ministre de l’intérieur (M. KA) ne réussira pas à dissoudre le mariage de ses parents, il ne saurait en faire autant pour le DMWM. Ainsi, M. DIONGUE, apprenez par cœur cette belle boutade de Serigne Pape Malick Sy. On aurait pu utiliser la même arrogance, le même manque de correction et de retenues dont tu as fait preuve dans tes « analyses », mais nous avons la chance d’être bien éduqués par le guide, dont tu cherches par on ne sait quel intérêt, à salir la réputation et porter atteinte l’honorabilité. Toutefois, Monsieur « l’analyste », réfléchissez encore mille fois si demain la manie d’écrire sur d’honnêtes gens te tente, puisque comme le dit l’adage : « l’arbre que la tempête va déraciner, ne voit jamais le vent qui le sépare de l’avenir, parce que sa tête entier bave les vents alors qu’il est à sa fin ».
Mamadou Djitté

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.