Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Pauvreté, chômage, etc. : La banlieue se radicalise – Des femmes prêtes à aller faire le jihad

Pour lutter contre la radicalisation des jeunes dans la banlieue, les autorités devraient trouver des solutions aux problèmes de chômage, de la précarité, de la pauvreté. Mais aussi mettre en place un système éducatif inclusif. C’est la recommandation faite hier par les membres de Timbuktu Institute qui ont réalisé une étude sur les facteurs de radicalisation chez les jeunes de la grande banlieue dakaroise.

Les facteurs de la radicalisation devront être cherchés dans le chômage, la précarité, la pauvreté et la dualité du système éducatif qui n’offre pas les mêmes chances à tout le monde. C’est en substance ce qu’il faut retenir des résultats d’une étude réalisée par Timbuktu institute. Intitulée : «Facteurs de radicalisation et perception du terrorisme chez les jeunes de la grande banlieue de Dakar», cette étude a permis de mener l’enquête sur ce sujet auprès de 300 jeunes âgés entre 18 et 35 ans dans les localités de Pikine, Guédiawaye, Keur Massar, Tivaouane Peulh, entre autres. D’après les auteurs de cette enquête, «l’Etat est même cité comme responsable de la radicalisation des jeunes et de leur engagement  dans les groupes terroristes de par son incapacité à réduire le chômage et la pauvreté ainsi que de mettre en place un système éducatif inclusif». Selon le directeur de cet institut Bakary Samb, «la précarité dans laquelle vivent les jeunes ainsi que le chômage endémique pourraient expliquer une telle opinion». Selon lui, «36% des jeunes interrogés se déclarent sans-emplois pendant que dans le lot de ceux qui se réclament travailleurs indépendants (23%) figurent nécessairement de nombreux cas dont l’activité économique réelle ne peut être clairement cernée». «Cela explique naturellement le fait que les facteurs socioéconomiques aient pris le dessus lorsqu’il s’est agi d’analyser les facteurs de radicalisation des jeunes», a-t-il fait savoir.
Outre le chômage et la pauvreté, le problème de la radicalisation peut trouver aussi ses germes dans «le système éducatif dit officiel», qui n’offre pas beaucoup de perspectives aux personnes qui ont reçu une formation en arabe. Dans l’étude, il a été constaté «chez certains jeunes une forme de rupture de référentiels politiques et idéologiques, au regard de leurs réponses». D’après Dr Samb, «ce fait montre le poids et l’impact du mode de socialisation sur la construction des opinions et des perceptions chez les jeunes à qui le système éducatif officiel n’a pas fait de place, ou qu’ils ont rejeté car ne répondant pas à leur vision d’une éducation conforme à leurs «valeurs»».
Dans le document, il y a la perception qu’ils «sont injustement marginalisés lorsqu’il s’agit de gérer les affaires du pays bien que diplômés d’autres universités ou ayant été formés dans des écoles hors du système éducatif «officiel de l’Etat»». «Malgré les efforts accomplis par l’Etat avec l’instauration d’un baccalauréat arabe unique avec un curriculum standardisé par l’Etat avec l’ouverture des portes de l’Ena aux arabisants, le malaise est toujours là et le sentiment de marginalisation de cette élite à la base de nombre de frustrations perceptibles dans leur rejet de l’Etat et de sa politique éducative», a-t-on constaté.
Partant de ce constat les auteurs de cette enquête ont fini par faire un certain nombre de recommandations «pour une action efficiente contre la radicalisation des jeunes». Ainsi, il est indiqué à l’Etat «de prendre des mesures urgentes afin de résorber le chômage des jeunes en assurant de manière égalitaire une éducation inclusive susceptible d’offrir des débouchés professionnels adéquats». De même, il est aussi préconisé de «combattre les injustices socioéconomiques sous toutes les formes afin d’éviter certaines frustrations récupérables par les mouvements radicaux ou recruteurs djihadistes».
Entre autres recommandations, il y a aussi celle de la résolution définitive par l’Etat de «l’épineux problème de la dualité du système éducatif porteur d’inégalités criantes et de germes de conflits à moyen et long termes en collaboration avec ses partenaires internationaux afin d’harmoniser les cadres de socialisation et d’éducation citoyenne».

25 personnes radicalisées dont deux femmes à un niveau élevé
Par ailleurs, il faut noter que l’enquête réalisée par Timbuktu Institute fait état de 25 jeunes personnes dans la grande banlieue concernées par le radicalisme. Selon les auteurs de cette enquête, «8,3% des jeunes soit 14 femmes et 11 hommes entre 18 et 35 ans se disent prêts à s’engager dans un groupement qui défend la cause d’un islam radical». Pour eux, «la première raison invoquée est la défense de l’islam, la seconde c’est qu’il s’agit d’une noble cause, la troisième étant musulman ils se doivent de le faire». Dans ce lot, il y a le cas de «sept jeunes (3 femmes et 4 hommes tous nés à Dakar entre 1982 et 1998) partageant en commun une vision positive de la radicalisation et de l’extrémisme» qui attire l’attention. Il a été rapporté que pour eux, «la radicalisation est le moyen de valoriser l’islam, ils pourraient s’engager dans un mouvement radical pour défendre l’islam».
A en croire les présentateurs de ce rapport, deux femmes parmi ces 7 personnes sont à un niveau de radicalisation très élevé ; parce que soutenant que si l’occasion se présente elles n’hésiteront pas à aller rejoindre un de ces groupes djihadistes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.