Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Menaces de déguerpissement: Des locataires de véhicules de la VDN dans l’inquiétude

Les locataires de véhicules qui occupent l’espace vert qui fait face à l’immeuble Mariama sur la Voie de dégagement Nord (Vdn) sont dans l’incertitude et l’inquiétude. Selon le Populaire, les occupants ont reçu la visite des gendarmes de la Direction de la Surveillance et du contrôle de l’occupation du sol (Dscos) qui les ont sommés de quitter les lieux

Irrités par cette situation, les locataires de voiture ont alerté les autorités étatiques. Face à la presse, hier, ils ont crié leur inquiétude tout en interpellant le chef de l’Etat. «Je tiens d’abord à préciser que nous ne sommes pas là pour faire la politique. Nous sommes apolitiques. Nous sommes là pour contribuer activement au développement de notre pays», a tenu à préciser Moussa Ba. Avant d’informer : «Récemment, on a reçu une sommation envoyée par les gendarmes de la Dscos pour dire que nous devons quitter les lieux sans délai. On ne fait pas de la politique. On est là pour travailler. Qu’on nous laisse travailler ici». Selon le porte-parole du collectif, les locataires de véhicules sont inquiets parce qu’ils ne peuvent pas comprendre que la Dscos veuille les faire quitter les lieux alors qu’ils ont obtenu une autorisation d’occupation en bonne et due forme. «On n’est pas venu s’implanter par hasard ici, c’est la mairie qui nous a donné cette zone. C’est la mairie qui nous a loué ces lieux. Nous payons chaque mois sans accuser de retard. On nous a donné cette zone et on contribue activement au développement. Il y a une quarantaine d’employés sur la VDN» a soutenu M Ba. Il révèle que ce sont plus de 40 émigrés qui ont laissé leurs activités à l’extérieur pour venir investir dans leur pays en employant plus de 40 personnes. On ne peut pas concevoir que ce nombre d’employés puisse quitter définitivement leurs lieux pour se retrouver dans la rue. C’est déplorable. Le Président a parlé de Sénégal émergent, nous contribuons. Nous lançons un appel à (SMS) pour lui dire de nous venir en aide», a ajouté Moussa Ba. Ces travailleurs ont par ailleurs souligné qu’ils ont rencontré le maire Barthelémy Dias et qu’ils ont discuté de la situation, mais disent-ils : «Nous ne pouvons pas exposer le contenu de notre entretien avec le maire sur la place publique».


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.