Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Maison d’arrêt de Sébikhotane et réhabilitation des Mac : 10 milliards de FCfa pour les prisons

L’Etat du Sénégal est plus que jamais engagé dans l’amélioration des conditions de détention au Sénégal. En effet, il vient de dégager 10 milliards de FCfa pour le démarrage des travaux de la nouvelle prison de Sébikotane et la réhabilitation des autres Maisons d’arrêt et de correction (Mac). Un recrutement d’urgence de 300 agents a aussi été autorisé. L’annonce a été faite hier par le colonel Daouda Diop, directeur de l’administration pénitentiaire, en visite au quotidien national « Le Soleil ». Il a été reçu par le Directeur général Cheikh Thiam qui avait à ses côtés le Coordonnateur général de l’administration, Amadou Gaye Ndiaye et le Rédacteur en chef central Daouda Mané.

L’administration pénitentiaire est en mouvement. D’ici deux à trois ans, le visage des prisons sénégalaises va complètement changer. Aussi, les conditions de prise en charge des détenus vont considérablement s’améliorer. Ces assurances ont été données, hier, par le directeur de l’administration pénitentiaire. Le colonel Daouda Diop a annoncé une enveloppe de 10 milliards de FCfa du gouvernement pour le démarrage des travaux de la nouvelle prison de Sébikotane et la réhabilitation des Maisons d’arrêt et de correction. « Nous avons reçu ce matin (Ndlr : hier) la lettre du Premier ministre qui nous octroie des crédits pour, à la fois, lancer les travaux de la prison de Sébikotane et réhabiliter les prisons existantes. C’est une enveloppe de 10 milliards de FCfa qui est dégagée, mais c’est sûr que nous pouvons avoir plus », a laissé entendre le patron de l’administration pénitentiaire.

Après les grandes administrations et les familles religieuses, il a ciblé le quotidien national pour démarrer ses visites de courtoisie dans les maisons de presse. « Nous sommes là pour nous faire connaître, pour expliquer nos ambitions et nouer une collaboration. Je connais très bien cette boîte parce que j’étais, pendant six ans, chef de la direction de la communication de la gendarmerie. C’est pour moi un plaisir de revenir dans ces locaux qui m’ont vu naître. J’habite tout près, aux Hlm, et je passe souvent ici », a souligné l’ancien patron de la communication de la gendarmerie nationale.

37 prisons pour 10.000 détenus
Revenant sur la situation des prisons, il a mentionné qu’il existe aujourd’hui au Sénégal 37 prisons pour 10.000 détenus. Et au moins chaque détenu reçoit trois personnes par visite, ce qui fait à peu près 30.000 personnes qui entrent et qui sortent des prisons du Sénégal chaque semaine. « En plus des 10.000 prisonniers, cela fait 40.000 personnes que nous gérons par semaine. Au-delà de la garde, nous avons une mission de préparation à la réinsertion sociale. C’est pourquoi nous avons, dans les prisons, des ateliers et faisons beaucoup d’autres choses pour que chaque prisonnier puisse sortir avec un métier pour éviter la récidive. Nous allons poursuivre ce volet avec l’aide du gouvernement », a soutenu le colonel Diop en tête d’une forte délégation composée de gradés de ce corps.

A l’en croire, les événements de Rebeuss ont simplement mis la lumière sur quelque chose déjà existant dont la surpopulation carcérale, la vétusté des prisons, etc. « Mais quand même, il y a un effort qui a été fait », a-t-il reconnu. Selon le colonel Daouda Diop, il n’est pas facile de gérer 10.000 détenus alors que la capacité réelle d’accueil est de 3.000. C’est pourquoi il a salué le professionnalisme de ses agents. « L’événement de Rebeuss a été regrettable, mais il a été bien géré grâce au professionnalisme des agents. N’eût été cela, il y aurait plus de victimes. Dans le monde, à chaque fois qu’il y a mutinerie, on compte par dizaine les morts. Ce jour, il y avait plus de 2.000 personnes à Rebeuss et les agents étaient moins de 40 », a loué le directeur de l’administration pénitentiaire.

« Vous êtes des partenaires naturels »
Prenant la parole à la suite du directeur de l’administration pénitentiaire, le directeur général du quotidien national « Le Soleil » a salué la démarche du colonel Daouda Diop. « C’est un honneur et un plaisir pour nous de vous recevoir. Après les familles religieuses et certaines personnalités, vous avez pensé au Soleil. C’est une marque d’estime », a déclaré Cheikh Thiam, avant de rappeler que la presse a trois fonctions essentielles : éduquer, informer et distraire. « Les administrations comme les vôtres sont des partenaires naturels. Je dis souvent que nous nous devons de respecter nos sources. Nous travaillons sur les faits et ce sont des personnes comme vous qui nous les donnent. C’est vous qui nous permettez d’avoir du contenu », a-t-il précisé.

Il a rassuré que « Le Soleil » est ouvert à toute collaboration avec l’administration pénitentiaire. « Nous allons faire le maximum pour vous accompagner. Nous sommes à votre disposition pour la couverture de vos activités au quotidien. Nous allons aussi vous accompagner dans la réflexion. Nous mesurons l’importance de votre mission dans la société. Aider ceux qui ont trébuché à reprendre le droit chemin, ce n’est pas rien », a souligné Cheikh Thiam.

Ndiol Maka SECK

Recrutement d’urgence de 300 agents pénitentiaires
Selon le colonel Daouda Diop, un recrutement exceptionnel et en urgence de 300 agents est autorisé par le gouvernement. Aussi, un programme spécial d’équipements est en train d’être préparé. « Tous ces efforts feront, qu’un jour, le visage de nos prisons changera. Il faut que les gens viennent découvrir comment nous travaillons et comment les gens vivent en prison. La prison c’est comme un quartier qu’on a transposé sauf que les gens ne peuvent pas sortir. Mais, il y a des règles de vie et toute l’organisation que l’on retrouve dehors », a soutenu M. Diop.

Il a, par ailleurs, noté qu’un effort considérable est en train d’être fait dans la lutte contre le terrorisme. Des Sénégalais et des étrangers placés sous mandat de dépôt pour des faits liés au terrorisme croupissent dans les prisons du Sénégal. « Ces détenus particuliers nous ont poussés à changer de mode de fonctionnement. Un quartier spécial a été construit à la prison de liberté 6 où ils sont internés. Il y a aussi un dispositif de renseignement et de collaboration avec les forces de sécurité », a fait savoir le gendarme.

Une nouvelle boulangerie inaugurée le 11 octobre
Une nouvelle boulangerie sera inaugurée le 11 octobre prochain à la Maison d’arrêt et de correction de liberté 6. Elle permettra d’assurer la fourniture en pain des huit prisons de Dakar et surtout de préparer la réinsertion des détenus qui vont faire eux-mêmes le pain. A l’issue de leur formation, ils obtiendront un diplôme qui leur permettra de pouvoir travailler dans le secteur de la boulangerie à leur sortie, a indiqué le colonel Daouda Diop.

-lesoleil.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.