Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Panne du bac de Rosso : camionneurs et voyageurs dans le désarroi

 De nombreux camions gros porteurs en partance pour le Sénégal, sont depuis quarante-huit heures, immobilisés au niveau de Rosso Mauritanie. Le bac de Rosso appartenant aux autorités mauritaniennes a depuis quelques jours des ennuis techniques. L’engin a du mal à assurer ses nombreuses rotations quotidiennes. Le problème auquel est confronté le bac, selon des témoins vivant le long de la frontière, est que les autorités mauritaniennes ont simplement oublié de revoir la construction du quai situé au niveau de Rosso Sénégal pour que le ferry puisse arrive à  accoster sans aucun problème majeur.

Aujourd’hui avec la montée des eaux du fleuve Sénégal, le bac accoste très difficilement sur le quai. Conséquence de cette situation jugée dramatique par les nombreux chauffeurs des camions gros porteurs, est que plusieurs camions qui ont quitté Nouakchott ou Nouadhibou, en partance pour le Sénégal sont immobilisés au niveau de Rosso Mauritanie. Babacar Sarr transitaire au niveau du débarcadère de Rosso Sénégal, qui a joint Walf Quotidien au téléphone, regrette que le manque à gagner soit énorme pendant ces quelques jours de souffrance vécue par les transporteurs.

Et M. Sarr de souligner qu’en lieu et place de la baisse du chiffre d’affaires, à laquelle seront confrontés ces chauffeurs, le problème majeur, est que des produits de consommation chargés dans les camions peuvent à tout moment pourrir. Ceci, sous les yeux impuissants des propriétaires de camion. Babacar Sarr précise que de telles situations, ne devraient jamais avoir lieu, si toutefois les autorités mauritaniennes avaient du anticiper l’hivernage. Selon lui, ces couacs sont dus au fait que les autorités n’ont jamais su prendre les devants. Et il revenait aux autorités mauritaniennes de prendre des mesures sécuritaires. En tout cas, ce problème vécu depuis quelques jours par les chauffeurs a fini de paralyser le secteur du transport chez les camions gros porteurs. D’ailleurs nombre d’entres eux ne cachent pas leur mécontentement face à cette situation. Depuis qu’il a quitté Nouakchott, Bakhaw Cissé chauffeur de camion, affirme qu’il vit difficilement la panne du bac. Le peu d’argent qu’il avait gardé par devers lui, est épuisé.

Pour l’heure, ce sont des solutions provisoires qui sont en train d’être prises par les autorités afin de permettre aux chauffeurs de camion de traverser le bac  et  écouler leur produit.

 

WALF

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.