Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Politique : les souteneurs de Ousmane Sonko se déchirent dans la capitale française

C’est dans un désordre total que le collectif organisé à Paris pour soutenir l’inspecteur des impôts, Ousmane Sonko, en difficulté avec l’Etat du Sénégal pour avoir osé dénoncer des pratiques mafieuses du clan Macky Sall,  s’est séparé hier alors qu’il devait préparer un cahier de charges et discuter de la stratégie à adopter pour dénoncer le régime de Dakar auprès de l’opinion internationale et des bailleurs et partenaires financiers du Sénégal.

Sauf changement de dernière heure, une partie de ce collectif mortné est en train de se réunir, en ce moment où nous écrivons ces lignes. Tandis que l’autre partie, dirigée par Cheikh Ahmeth Tidiane Sall, a tout simplement décidé de renvoyer Sine Die la sienne déboussolant, du coup, tous ceux qui voulaient se joindre à ce combat noble qui est la défense de la République face à la mainmise mafieuse de Macky Sall et les siens sur l’économie nationale.

Tout est parti de l’appel incendiaire fait par le député Moustapha Diakhaté, le nouveau caudataire moutonnier de Macky Sall, de voir puni l’impertinent inspecteur des impôts qui a osé mettre à nu leurs pratiques criminelles je pèse mes mots, Macky Sall et sa bande sont des criminels économiques qui annihilent tous nos efforts de développement.

Recherche de virginité autour de la marque Ousmane Sonko 

Cet appel, suivi par celui de Amadou Ba, ministre des l’Economie et des Finances, menaçant vertement l’emploi voire la sécurité physique de Ousmane Sonko, a poussé quelques activistes sénégalais de Paris à se réunir d’urgence à la rue Polonceau dans le 18 mme arrondissement pour apporter leur soutien au dénonciateur.

Après une première réunion tenue le 9 juillet, les défenseurs de l’éthique et de la morale se sont donnés rendez vous le 15 juillet à la rue Pierre Lhermitte et ont vu le mouvement s’agrandir avec  l’arrivée de 4 organisations de « la société civile ».

« L’objectif, à en croire Oumar Kane, un des initiateurs de ce collectif, est de faire front contre les dérives autoritaire et la gestion opaque de Macky Sall en ce qui concerne les finances, dénoncer ses malversations, ses trafics d’influence, son blanchiment d’argent… »

Un voeu pieu qui ne résistera pas à l’ambition démesurée des uns et des autres qui ont trouvé en l’affaire Ousmane Sonko une belle occasion de se remettre en lumière après s’être grillés dans des organisations et autres partis politiques décriés par les Sénégalais de la diaspora.

Mais, comme les chats et les chiens ne font pas d’enfants ensemble, des divergences qui pourraient être superficielles chez certains mais profondes chez eux vu un passé récent qui les a opposés ont fini par éclater au grand jour suite à la volonté du collectif de publier un communiqué sanctionnant leur réunion.

 

Pas de personnification autour de Ousmane Sonko

A encore Oumar Kane exmembre de Y’en a marre, de Sénégal2bouts et actuel coordonateur de Diaspora Pluriel, « Cheikh Tidiane Sall voudrait que le comité porte le nom de Ousmane Sonko alors que pour les autres, il devait se nommer Comité de défense des intérêts du Sénégal (CIDS). » Exit Ousmane Sonko qui est une personne pour défendre une cause impersonnelle.

Butés sur le nom à donner au comité,  les défenseurs de Ousmane Sonko  se sont quittés sans trouver de compromis. Alors que tout le monde pensait que la divergence n’était que sur l’appellation et que tout ce beau monde allait se retrouver, ce soir, dans le 19 ème arrondissement pour conspuer Macky Sall et son régime, Cheikh Tidiane Sall a envoyé des emails pour annoncer que « cette réunion était annulée et que les membres du « Comité pour la défense de Ousmane Sonko » reportent la réunion à une date ultérieure. »

Suffisant pour que les sabres sortent et que chacun cherche à couper la tête de l’autre. Pour Cheikh Tidiane Sall, ancien cadre de l’APR, s’il a décidé de reporter cette réunion c’est qu’il a senti que de « la récupération  politique est en train d’être faite sur le dos de Ousmane Sonko alors que ce patriote qui a fait don de soi ne doit pas faire l’objet d’un tel comportement« .  Pour lui, « ce comité est ouvert à tous les citoyens peu importe leur étiquette politique parce que c’est un combat de valeurs et de principes où chacun à sa place. »

 

Pour ou pas de places pour les politiciens dans le comité 

 

Dans sa ligne de mire se trouve Abubakar Benjalloun, le président de Diaspora plurielle qui compterait sur ce comité pour se faire un nom en vu de se positionner à l’élection législative prochaine ouverte à la diaspora.

A l’origine de cette animosité se trouve la volonté ouverte de Abubakar Benjalloun d’exclure Sidy Fall de ce comité alors que ce dernier est le coordinateur du Front Patriotique pour la Défense de la République, la principale coalition de l’opposition.

Comme Sidy Fall, le président de Diaspora Plurielle ne voudrait pas que des militants affichés du Pds Meissa Touré et autres qui ont des parts des responsabilité dans la descente aux enfers du Sénégal puissent se joindre à ce combat noble.

« Puisque je suis contre l’exclusion de citoyens Sénégalais tout simplement parce qu’ils sont colorés politiquement, je ne pourrais accepter que d’autres politiciens encagoulés prennent le contrôle de ce mouvement« . A conclu Cheikh Tidiane Sall. Pour Abubakar Benjalloun, c’est plus la personnification du comité autour de Ousmane Sonko qui les dérange plus que le rassemblement de tous les Sénégalais, peu importe leur passé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.