Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

DÉCOUVERTE DE PÉTROLE ET DE GAZ AU SÉNÉGAL : Vers la création d’un institut pour former une main d’œuvre qualifiée

L’Université Amadou Mahtar Mbow (UAM) qui veut se positionner sur des créneaux porteurs va mettre en place un institut du pétrole et du gaz. L’objectif est de fournir le secteur pétrolier en techniciens supérieurs et ingénieurs et d’ouvrir de nombreuses opportunités d’emplois.

Pour accompagner la récente découverte du pétrole et du gaz au Sénégal, l’Université Amadou Mahtar Mbow va lancer cet institut dont la vocation est  de dispenser un enseignement supérieur, technique et professionnel dans divers métiers de l’industrie pétrolière. Ce qui permettrait de trouver sur place une main d’œuvre qualifiée. C’est ainsi que dans le cadre de la mise en œuvre de son programme scientifique et pédagogique, la coordination du Projet de l’UAM organise un séminaire de production des cadres de référence des centres et instituts de formation, qui mentionneront entre autres les offres et les contenus de formation.
Pour le Professeur Alioune Kane, membre du comité scientifique international de l’UAM, le pétrole et le gaz sont une question actuelle et à son avis, le Sénégal émergent va s’engager résolument sur ces questions d’énergie, d’hydrocarbures. Et selon lui, l’université doit se positionner dans le cadre du développement. M. Kane a salué la pertinence de la mise en place de cet institut. Mais, a-t-il souligné, le pétrole a une valeur très variable, qui fluctue. Selon lui, les problèmes environnementaux et sociaux sont à éviter et un accent particulier, devrait, à son avis, être mis dans la gestion de cette ressource pour qu’elle profite au maximum au développement du Sénégal.
Le consultant, Jean Pierre Favennec, a abondé dans le même sens. « Les prix du pétrole et du gaz sont des éléments extrêmement fluctuant. Actuellement, ils sont bas parce qu’il y a beaucoup de pétrole sur les marchés. Ces prix bas encouragent la consommation et découragent la production. Mais dans quelques années, la situation sera un peu différente et on devra aller à des prix beaucoup plus élevés. Il faudra donc accompagner tout cela avec beaucoup de compétences et d’imagination », a fait savoir M. Favennec. « Cet institut du pétrole verra le jour en association avec d’autres instituts. Il urge de le faire parce que les formations prennent du temps, s’étendent sur plusieurs années. Et on veut qu’au moment où les opérations démarreront, qu’on ait le personnel compétent, en prenant bien sûr les bonnes décisions en matière de programme de formation, niveau de formation et de personnes à former », a-t-il dit.
A.DIEYE
 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.