Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

FIDAK 2016: les sinistrés de l’incendie du pavillon vert du Cices réclament des indemnités

Les sinistrés de l’incendie du pavillon vert du Cices ont tenu un rassemblement ce matin devant le Centre international du commerce extérieur du Sénégal pour exiger le dédommagement. En effet, ces derniers ont voulu tenir un sitin devant la direction du Cices mais, l’accès leur a été interdit. Finalement ils se sont rassemblés devant le grand portail et ont donné un ultimatum à ceux qui doivent les dédommager.

Depuis 7 mois, les sinistrés de l’incendie du pavillon vert du Cices réclament une somme considérable de la part des autorités en guise de dédommagement. Mais, jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont pas obtenu gain de cause. Ainsi, pour faire réagir les responsables qui ont charge de cette affaire, les sinistrés ont tenu à leur faire part de leur colère en se rassemblant devant le centre.

Amadou Alpha Thiam, leur porte parole revient à la charge et dénonce :  » Nous sommes sceptiques. Nous savons qu’ils ne vont pas respecter leur parole mais, nous les attendons avec fermeté », menacetil avant d’ajouter que « Tant que les causes de l’incendie ne sont pas élucidées, nous allons nous opposer à toute organisation de foires et salons ici au Cices », ditil.

Pour finir, M. Thiam soutient qu’ils (sinistrès) donnent aux autorités un ultimatum d’une semaine pour régler cette situation. « Nous avions rencontré daredare hier soir, le Directeur Général du Cices. Il nous a promis qu’il va rencontrer cette semaine au plus tard vendredi le Premier ministre. Et d’ici la semaine prochaine, s’il a rencontré Mouhamed Boun Abdalah Dione, c’est bien s’il ne l’a pas rencontré nous continuerons cette lutte. Nous avons même saisi un avocat en l’occurrence Me El Hadj Diouf », révèle le porte parole des sinistrés.

Ces derniers se disent outrés car, ils ont eu écho de l’indemnisation des sinistrés de certains pays arabes comme le Maroc.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.