Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Reportage: inondation à Kaolack – cri de cœur des sinistrés

Après les pluies diluviennes de ces dernières 48 heures, la ville de Kaolack est complètement sous les eaux.De la lointaine périphérie Kabatoki en passant par Touba Ndorong, Khakhoum, Dialègne et Médina Mbaba, tous les quartiers de la ville du « Mbossé » sont inondés.

Des causes qui perdurent

Avec une canalisation qui date de Diéne Bakar Guèye maire de Kaolack dans les années 1980, le réseau de l’assainissement de la ville n’a connu aucune extension malgré la multiplication de nouveaux quartiers.

A Kabatoki et environs, les nombreuses déviations engendrées par les travaux interminables de la RN 1 – Route nationale numéro 1 ont empêché tout ruissellement d’eau; ce qui a occasionné inévitablement le débordement de celleci vers les zones d’habitations.

A Médina Mbaba, le délégué de quartier, Khalifa Thiam, touche le problème du doigt : »Le grand canal qui reçoit toutes les eaux de la commune n’a pas été assez creusé, et maintenant nous populations nous payons les pots cassés. L’eau est même dans nos chambres « .

A Dialègne, le vieux Saer, les yeux rougeâtres marqués par une nuit passée à la belle étoile crie son ras le bol: « Chaque année, la mairie dépense des millions pour le curage des canaux, et pourtant le même problème revient « .

De dégâts mportants

« Depuis hier, la circulation est bloquée, nous demandons aux autorités d’ouvrir la bretelle KabatokiSibassor, sans cela ils nous entendrons », implore le porteparole des taximen du garage Sibassor.

De nombreuses familles ont passé la nuit à la belle étoile avec le ventre vide car même pour préparer le repas, elles n’ont pas de places.

Combinés aux nombreux délestages qui rythment la ville, les populations sont amères. »Depuis hier, un poteau électrique s’est affaissé à Kabatoki ce qui a occasionné un délestage  » avance un habitant.

Plus de kilos de riz ni de bouteilles d’eau de javel

Les populations des zones inondées de Kaolack le disent à ceux qui veulent les entendre : »Nous n’attendons pas des kilos de riz et des bouteilles d’eau de javel mais des solutions structurelles comme un assainissement de qualité et des logements sociaux  »

Donc le ministre du renouveau urbain, de l’habitat, et du cadre de vie Diene Farba Sarr est averti, lui, qui est annoncé dans la journée en visite à Kaolack et ses environs.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.