Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Audition du maire de Fann et du Dircab de Khalifa : «C’est Tanor qui nous a convoqués»

L’étau se resserre autour de Khalifa Sall. Les éléments de la Brigade des affaires générales (Bag) ont procédé hier à l’audition de certains militants du Parti socialiste (Ps). Palla Samb, maire de Fann-Point-E-Amitié, Bira Kane Ndiaye, directeur de Cabinet de Khalifa Sall et l’étudiant Amath Diouf, par ailleurs secrétaire général de la 11e section de la coordination de Grand-Yoff, ont déféré à la convocation de la Bag. Celle-ci fait suite à la plainte de Ousmane Tanor Dieng, secrétaire général du Parti socialiste, après les casses qui ont eu lieu à la maison Léopold Senghor, située à Colobane.

«J’ai été convoqué à la Bag suite aux événements survenus à la Maison du Parti socialiste. C’est le secrétaire général du parti qui a porté plainte. On me soupçonne d’être le commanditaire de ces casses. Ce qui n’est pas vrai d’ailleurs. Je ne suis pas dans cette logique. Je suis l’un des rares responsables à dire aux jeunes que vous ne rendez pas service au parti en agissant de la sorte», a expliqué Palla Samb qui dit être convoqué parce qu’étant un proche de Khalifa Sall. Selon le maire de Fann-Point E-Amitié, c’est une affaire politique qui pouvait même se régler au sien du parti au lieu qu’ils soient traînés devant la justice. «C’est bizarre d’être convoqué par le secrétaire général», déplore-t-il, en ajoutant qu’il y a un manque de solidarité dans le parti. «Je pense que le Parti socialiste ne mérite pas cela», dit-il.
Abondant dans le même sens, Bira Kane Ndiaye, directeur de Cabinet du maire de Dakar, qui a déféré aussi à cette convocation suite à la plainte de son secrétaire général, fait dans l’ironie en disant que «c’est le Parti socialiste qui a convoqué par le biais du secrétaire général». Le directeur de Cabinet de Khalifa Sall trouve cela anormal car, pour lui, le linge sale pouvait se laver en famille. Cependant, il s’indigne d’entendre certains responsables du parti parler de nervis alors qu’ils sont des militants. «Ce n’est pas sérieux», s’offusque-t-il en outre. A l’en croire, il se bat pour les intérêts majeurs du parti en œuvrant pour sa massification et sa redynamisation. Les trois militants socialistes qui ont été tous cuisinés par les éléments de la Bag sont rentrés tranquillement chez eux hier soir dans l’espoir de voir ce problème trouver «une issue heureuse pour le bien de leur parti». Ils ont reçu le soutien indéfectible du maire de Dakar qui a tenu à passer toute la journée d’hier à leurs côtés. En attendant son tour chez les limiers !

justin@lequotidien.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.