Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

DR AHMADOU DIA, PRESIDENT DE LA LINGUERE ‘’On accomplit la mission qu’on s’était assigne’’

Nommé président de la Linguère de Saint Louis, le Dr Ahmadou Dia a vécu sa première saison à la tête du club fanion de la capitale du Nord sanctionné par une modeste quatrième place. Le président dresse dans cet entretien le bilan de son équipe qu’il juge assez satisfaisant et félicite du retour de la confiance qui se faisait défaut au sein de la formation nordiste. Quel bilan faites-vous de votre première saison à la tête de la Linguère de Saint Louis ?La saison 2015-2016 a coïncidé avec ma première année à la tête de Linguère. Comme je venais juste d’arriver, moins de trois semaines du démarrage du championnat, il était un peu difficile de faire des projections autres que maintenir l’équipe et essayer de poser d’autres  jalons pour mieux préparer l’année à venir. Sur ce, on peut dire qu’on a un sentiment satisfaction. Car quand on pense au maintien et qu’on se retrouve à la 4ème place, on peut quand même se sentir heureux. Surtout qu’en un moment du championnat on était dépassé  parce qu’on était lanterne rouge. Je peux dire que j’ai le sentiment d’avoir accompli la mission, qu’on s’était assigne. C’était une mission très limitée car le maintien ne doit pas être un objectif d’un président qui dirige un club comme la Linguère. Mais, le plus grand sentiment de satisfaction que j’ai  c’est par rapport au au fait que la confiance soit revenue au sein de l’équipe. Les supporters sont revenus et le public venait en masse lors des matchs à domicile. Je pense que quoi qu’on puisse dire, on a senti que la population a cru à son équipe et à son organisation et les joueurs ont montré qu’ils ne doutent plus de leur situation et de leurs conditions. Il était très difficile de retenir certains joueurs, mais maintenant ils savent que la Linguère est un grand club. Rendre  la Linguère attractive  était un chantier important  et je pense qu’on l’a réussi. Cependant, il faut reconnaitre qu’il y a des manquements. Par exemple, notre obstacle était notre organisation financière qui n’a pas marché comme on le voulait. Avec les mauvais résultats qu’on avait en début de saison, on ne pouvait pas aller démarcher  des sponsors. A un moment donné, il y avait aussi quelques effritements dus à des incompréhensions qu’il faut nécessairement travailler dans de bonnes conditions.

Pour la course au titre, qu’est ce qui a manqué à la Linguère dans la dernière ligne droite ?

Beaucoup de ‘’Samba Linguère’’ parle du partenariat Green sport management et la Linguère. Qu’est ce que ce partenariat peut apporter au club ?

Le partenariat est une vision et la cible Green sport management était une opportunité dans la mesure où c’est de façon fortuite qu’on a eu des contactes  avec le président de Green sport management  une structure bien organisée basée à Marseille. Notre  vision est de nous appuyer  sur des partenaires  pour relancer  le club, aussi  bien sur le transfert de joueurs que sur  le plan de l’accompagnement technique administratif et même équipementierLorsquej’ai  pris contact avec le président de Green sport management   sur beaucoup de choses qu’on pouvait faire ensemble. Mais quand les résultats ne sont pas bons, il est difficile de se projeter. Le premier pas que Green sport management a fait est de nous donner un technicien, Djilali Bahloul. On a encore rien signé, mais on continue les discussions. Et on ne signera qu’après avoir discuté en long et large et être tombé d’accord sur tous les points  qui serviront les côtés. Actuellement, il n’y a qu’un contrat moral entre la Linguère et Green sport Management.

Depuis 2009, la Linguère n’a pas gagné de titre. Quels sont les leviers sur lesquels vous compter vous appuyer pour permettre au club de gagner des trophées ?

Je pense qu’il faut y remédier à cette situation. La Linguère est un grand club et un grand club ne peut pas se contenter de se maintenir. Tout ce qui est possible pour être parmi les meilleurs du pays, on l’a fait cette année. Il reste maintenant à faire plus pour gagner encore un trophée. Je pense que, pour maintenir le flambeau qu’on a allumé, il faut nécessairement gagner quelque chose. On va s’y atteler pour voir une bonne équipe et gagner au moins un trophée.

 Sportsenegal.com (Stade)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.