Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Démarrage du Saint-Louis jazz aujourd’hui : Un festival sous haute surveillance

La 24ème édition du festival international de Jazz de Saint-Louis va démarrer ce soir. Pendant six jours les amoureux de la musique Jazz vont savourer leur musique favorite à la place Faidherbe où se produiront de grandes stars de la musique sénégalaise comme Cheikh Lo aux côtés de voix confirmées du Jazz mondial. L’évènement classé première manifestation culturelle au plan local sera cependant organisé sous haute surveillance policière à cause des menaces terroristes permanentes qui pèsent sur la sous-région.

Après 23 années d’existence, le festival international de jazz de Saint-Louis va aborder un nouveau tournant avec la 24ème édition qui sera lancée ce soir à la mythique place Fai­dherbe. L’évènement gagne en effet d’année en année en galons avec le déplacement de plusieurs centaines de personnes, en général des touristes qui profitent de l’occasion pour visiter le Sénégal et la ville de Saint-Louis. D’autres composés d’amoureux du Jazz profitent également de la tenue de ce grand rendez-vous musical pour voir certaines pontes du Jazz mondial qui ne leur sont pas accessibles en Europe ou aux Etats-Unis où leurs concerts coûtent cher. Autant de raisons qui font du festival international de Jazz de Saint-Louis un festival aujourd’hui classé parmi les grands rendez-vous de la musique mondiale et certainement le plus grand en Afrique consacré à ce genre musical.

Un Jazz sous haute surveillance policière
L’affluence qui sera provoquée par l’évènement n’est cependant pas sans conséquences dans le contexte actuel marqué par les menaces terroristes permanentes dans la sous-région. C’est pourquoi l’Etat a décidé de ne pas badiner avec la sécurité aussi bien des populations locales que des festivaliers pendant la période du festival qui se déroulera sous haute surveillance policière. Le ton a été d’ailleurs donné la semaine dernière avec la décision du préfet du département d’interdire la tenue du festival avant de reporter cette décision. Les autorités locales et au plus haut niveau avaient en effet des appréhensions sur la façon dont il faut s’ y prendre pour sécuriser tout ce beau monde avec efficacité d’autant plus que c’est une tâche non seulement difficile mais qui demande beaucoup de moyens financiers. C’est pour cette raison qu’elles avaient exigé de l’association Saint-Louis Jazz le versement d’une somme qui serait estimée entre 10 et 18 millions de francs Cfa devant représenter sa participation à l’effort de sécurité pour la manifestation. Finalement face à la forte pression et l’implication des hôteliers un consensus a été trouvé pour que le festival puisse se tenir. Seulement ce qui est sûr c’est que rien ne sera plus désormais comme avant au festival de Jazz de Saint-Louis car la surveillance sera désormais nécessairement plus stricte à l’entrée de la ville comme aux abords et dans les lieux où les concerts se dérouleront. Des mesures ont été d’ailleurs déjà prises d’emblée en amont par le gouverneur de la région de Saint-Louis qui a annoncé l’interdiction de certaines manifestations dont le concert prévu à la maison d’arrêt et de correction de Saint-Louis à cause de l’internement dans ces lieux de personnes supposées avoir des liens avec des organisations terroristes. Pour plus de prudence le chef de l’exécutif régional et ses collaborateurs ont préféré faire annuler ce concert qui faisait pourtant partie des innovations de cette 24ème édition.
Sur le terrain la police a déjà commencé le travail avec des rafles systématiques qui lui permettent de mettre la main sur tous ceux qui circulent sans pièces d’identité où qui pourraient être une menace éventuelle pour la sécurité des personnes ou de leurs biens.

Maghrib pour l’ouverture : le cadeau d’anniversaire aux fans de Bob Marley
L’ouverture de la 24ème édition de Saint-Louis Jazz, qui coïncide cette année avec la date du 11 mai jour anniversaire de la mort de Bob Marley, offre encore une fois aux organisateurs une belle occasion d’inviter d’autres genres musicaux à ce rendez-vous du Jazz. Les chargés de la programmation ont en effet décidé de faire un clin d’œil aux amateurs de la musique reggae en invitant sur scène le groupe marocain Bob Maghrib pour l’ouverture de Saint-Louis Jazz 2016. Lancé en 2011, à l’initiative du musicien Hicham Bajjou, et soutenu par l’association Eac-L’boulvard, «Bob Maghrib» est un projet artistique qui revisite et se réapproprie les titres les plus révolutionnaires de Bob Marley. Il se distingue par une reconfiguration musicale en procédant au remplacement de tous les instruments chers aux musiques occidentales, à l’exception de la batterie et de quelques autres. Le passage de ce groupe permettra à coup sûr aux amateurs de reggae et aux fans de Bob Marley ou ce qui en reste encore à Saint-Louis de savourer des notes de cette belle musique tout en se remémorant la belle épopée de Bob Marley.

Une forte présence des musiciens sénégalais
Les musiciens sénégalais ne seront pas en reste pour cette 24ème édition. Ils seront en effet fortement représentés sur la scène de la place Faidherbe. Déjà, pour l’ouverture, la première partie sera assurée par le groupe Sarro du nom de son fondateur qui ne sera pas en terrain inconnu pour s’être déjà produit sur la scène de festival international de Jazz de Saint-Louis en 2013. D’autres artistes musiciens feront également leur apparition à la place Faidherbe. Parmi eux Cheikh Lo que Saint-Louis Jazz cherchait à enrôler depuis trois ans sans succès sera certainement le plus attendu. Le batteur Cheikh Tidiane Fall et Cheikh Ndoye bassiste sénégalais installé aux Usa depuis 20 ans moins connus du public de Saint-Louis Jazz seront également de la partie.

Marcus Miller : Une tête d’affiche à la dimension de l’évènement
Même si elle n’a pas une santé financière remarquable à cause de l’absence de soutien, l’association Saint-Louis Jazz a bien mis la main à la poche pour se payer une tête d’affiche digne de ce nom pour la 24ème édition. La tête d’affiche 2016 n’est pas en effet n’importe qui. Com­positeur et bas­siste de jazz fusion, Marcus Miller est présenté comme un bassiste «funk avec une immense connaissance du jazz» et comme l’un des meil­leurs musiciens de groove du siècle. Il joue plusieurs instruments dont la clarinette, la basse et a côtoyé dans sa carrière de grands musiciens com­me Miles Davis et Jean Michel Jarre. Sa première apparition sur la scène de Saint-Louis sera une découverte.

cndiongue@lequotidien.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.