Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Nouvelle découverte de gaz : entre leurre et lueur, Kosmos Energy s’impose

La présidence de la République renseignait, à travers un communiqué en date du 5 mai dernier, que la compagnie américaine Kosmos Energy poursuivait les travaux d’exploitation pour la découverte d’autres gisements d’hydrocarbures au Sénégal. Quatre jours plus tard, un autre communiqué signé, cette fois-ci, par le ministère de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables explique qu’une «nouvelle découverte de gaz naturel a été faite au large de Cayar». Entre le coup de chance et le coup de Jarnac, où se situe la réalité ?

«Une nouvelle découverte de gaz naturel a été faite au large de Cayar avec le puits dénommé Téranga-1. Ce puits d’exploration a atteint une profondeur totale de 4 485 mètres, avec une épaisseur d’eau de 1 800 mètres», note un communiqué du département ministériel dirigé par Thierno Alassane Sall.

Poursuivant, avec davantage de précisions, le document indique que : «Le puits est situé à environ 65 kilomètres au Nord-Ouest de Dakar et à près de 100 kilomètres au sud de la précédente découverte de Gueumbeul, dans les formations du Cénomanien. Les premières estimations sur les réserves de cette découverte sont de l’ordre de 5.0 Tcf de gaz naturel ou 140 milliards de mètre cube».

Cette information va, à juste titre, réjouir bon nombre de Sénégalais. La queue du diable, qu’ils ont mis du temps à tirer, a fini par se transformer en or noir. Seulement, avant le batifolage, porter un petit regard rétrospectif sur la communication du régime du Président Macky Sall peut empêcher l’emballement, jeter le trouble et décrédibiliser cette dernière annonce.

En effet, pas plus tard que jeudi passé, un communiqué de la cellule de communication de la présidence de la République avait annoncé que : «La société d’hydrocarbures américaine Kosmos Energy poursuit les travaux d’exploitation pour la découverte d’autres gisements d’hydrocarbures au Sénégal».

Le même document, repris par l’Agence presse sénégalaise (Aps), avait indiqué que le directeur général de Kosmos Energy avait été reçu, mercredi 4 mai, en audience à la Présidence de la République, par le chef de l’Etat Macky Sall. Et que les deux hommes avaient échangé sur l’avancée des travaux sur la découverte de gaz à Gueumbeul, dans le nord du pays.

Ces deux communiqués superposés font indubitablement transparaître de nombreuses questions. Par quelle magie la compagnie américaine Kosmos Energy est passée pour faire cette nouvelle découverte entre le 5 et le 9 mai ? Sur quoi s’est fondé le ministère de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables pour donner, dans cet intervalle de temps, de si amples précisions sur la découverte ? Les deux communiqués, signés l’un par la Présidence, l’autre par le département de Thierno Alassane Sall, loin de lever le voile de mystère, laissent entrevoir une nébuleuse affaire admirablement enveloppée par une communication du pouvoir grandement défaillante.

Cette cacophonie vient corroborer les nombreuses voix qui se sont élevées pour dénoncer, la part belle réservée aux Américains quand il s’est agi de répartir les profits du puits de Guembeul-1 dont la découverte a été annoncée par le chef de l’Etat lui-même. Pendant que Kosmos Energy mettait la main sur 60 % des parts de ce puits, Timis Corporation Limited partaient avec 30 %, ne laissant que 10 % à Petrosen.

Les Américains n’ont pas seulement engrangé la part du lion, ils ont presque tout raflé, ne laissant aux Sénégalais que des miettes. Pis, comme pour la récompenser, d’autres permis vont être accordées à la compagnie Kosmos Energy. Pourtant, de la bouche même de Macky Sall, les Sénégalais ont entendu dire que cette découverte était «le plus important gisement en Afrique de l’Ouest parce que constitué d’une large structure répartie de part et d’autre de la frontière entre le Sénégal et la Mauritanie, avec des réserves estimées à 450 milliards de m3».

Un pays pétrolier, même si ses nationaux ne tirent pas profit de ses ressources, a besoin d’être sécurisé. Qui disait que les accords de défense dernièrement parafés par le Sénégal et les Etats-Unis étaient mystérieux ?

Walf



src="https://pagead2.syndication.com/pagead/show_ads.js">

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.