Inversion de la tendance déficitaire de la balance commerciale: Le Sénégal vise un excédent de 700 milliards en 2035

Le gouvernement du Sénégal ambitionne d’inverser la tendance déficitaire de la balance commerciale afin d’arriver, à l’horizon 2035, à un excédent de 700 milliards de F Cfa. L’information émane du secrétaire général du ministère du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme. Makhtar Lakh se prononçait hier, vendredi, à l’occasion d’une table ronde sur la responsabilité sociale d’entreprise (Rse) et le consommer local sénégalais. «Nous avions fait le pari de définir des stratégies pour la promotion du consommer local. L’objectif principal est de renverser la tendance et d’arriver, en 2035, à un excédent de 700 milliards », a dit le technicien, estimant que cela est « possible ». Dans la foulée, Makhtar Lakh a indiqué que le gouvernement s’est fixé comme objectifs d’augmenter de 75% la consommation nationale de produits sénégalais en 2035 et d’accroître de 50 %, les exportations de produits sénégalais, à la même échéance. « Pour atteindre ces résultats, des modèles de production de biens et services fondés sur des avantages est nécessaires », a-t-il toutefois précisé. Non sans ajouter que « Le consommer sénégalais doit, aujourd’hui, être perçu comme un paradigme qui traverse les frontières du Sénégal ». Le secrétaire général qui présidait hier, vendredi, une table ronde sur la responsabilité sociale d’entreprise (RSE) et le consommer local sénégalais a souligné en outre que « le plus grave constat est la dépendance du pays, vis-à-vis du marché international ». Pour lui, il faut aller vers la labellisation afin d’atteindre les marchés extérieurs. « La politique du consommer sénégalais doit se fonder sur une logique d’économie ouverte », a ainsi soutenu Makhtar Lakh. Pour arriver à cet objectif, le technicien a indiqué que le ministère du Commerce a engagé ses différents services dans un ambitieux chantier de rupture dans la promotion du consommer local, pour donner corps à la vision du chef de l’Etat. D’ailleurs, a-t-il dit, devant le caractère fluctuant du marché international, « l’Etat a pris une série de mesures en vue de soustraire note pays de la forte dépendance, à l’égard des importations, produits stratégiques et l’acheminer, à terme, au-delà de l’autosuffisance, à la sécurité alimentaire ». Relevant pour finir le caractère primordial du consommer local, le secrétaire général du ministère du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des Pme a tenu à souligner que celui-ci « ne veut pas dire consommer tout ce qui est proposé sur le marché local. Il faut que l’on fasse de la qualité, c’est important ». SUD QUOTIDIEN

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.