Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Le gouvernement et les syndicats d’enseignants renouent le fil du dialogue

Dans l’ambition de bâtir un système éducatif de qualité pour tous et de mettre en place les conditions d’un bon apprentissage, conformément aux objectifs de développement, le gouvernement et les enseignants se sont retrouvés hier en vue d’évaluer et de consolider les accords signés.

Le gouvernement et les organisations syndicales d’enseignants retournent à la table de négociation. Une session de deux jours de revue et de consolidation des accords a été organisée hier sous la houlette du Haut conseil du dialogue social (Hcds). Selon la présidente de cette institution, Innocence Ntap Ndiaye, ces échanges vont permettre aux différents acteurs d’œuvrer ensemble pour que l’école remplisse pleinement toutes ses missions. Mme Ndiaye a rappelé que le Hcds accorde une importance particulière à l’instauration et à la consolidation d’un climat social apaisé dans le système éducatif. Magnifiant l’esprit d’ouverture des enseignants, elle a indiqué que malgré les préavis de grève déposés, les organisations syndicales d’enseignants ont accepté d’entamer des discussions avec le gouvernement sur un ensemble de points jugés cruciaux en vue d’assurer une année scolaire stable.

Ainsi, à l’issue des travaux préparatoires de cette session, les plénipotentiaires des deux parties se sont accordés sur une appréciation partagée du niveau d’exécution des accords qui les lient. Sous ce rapport, Innocence Ntap a précisé qu’il ne s’agit pas, à travers ces discussions, de renégocier des accords, mais plutôt de prendre toutes les disposions idoines pour que leur application se fasse sans compromettre une des raisons d’être de l’école qui est de rester et de demeurer l’ascenseur social qu’elle ne cessera jamais d’être. C’est pour ces raisons qu’elle a estimé que les conflits ne sauraient être envisagés de manière durable dans aucune entreprise productrice de biens et de services, encore moins dans le cadre d’une entreprise citoyenne comme l’école qui a pour vocation de construire l’avenir des adultes de demain.

Cette démarche du Haut conseil du dialogue social ne semble pas diminuer l’ardeur des syndicalistes. C’est le cas du coordonnateur du Grand Cadre des enseignants, par ailleurs secrétaire général du Saems/Cusems. Mamadou Lamine Dianté trouve que cette session est «anachronique et inadéquate». Il pense que cette session aurait dû se tenir au lendemain du dépôt des préavis de grève. « On ne doit pas attendre que les mouvements de grèves démarrent pour appeler à une quelconque session de revue ou de consolidation des acquis. Cette session est inadéquate dans la mesure où elle nous parle d’accords alors qu’à notre niveau nous en sommes à l’heure des directives du Premier ministre et des décisions prises par le président de la République », a dénoncé M. Dianté qui pense que seule la matérialisation des accords peut installer la paix et de façon durable dans les écoles.

Tata SANE


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.