Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Infrastructure : L’échangeur de l’émergence livré le 15 juin

Démarrés en avril 2015, les travaux de construction de l’échangeur de l’Emergence, ex-pont Sénégal 92, sont bien avancés. En visite, samedi, sur le chantier, le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne a constaté que le niveau d’exécution a atteint 75 %.
A vue d’œil, les travaux de construction de l’échangeur de l’émergence sur l’emplacement de l’ancien pont Sénégal 92 avancent à un rythme soutenu. Dans ce chantier à ciel ouvert, ingénieurs, techniciens et ouvriers sont en plein besogne au milieu des ronronnements des machines, pelleteuses et autres engins. Le gros de l’ouvrage est sorti de terre. Les appuis du pont ressemblant à de grosses murailles en béton sont debout. Les remblais permettant d’y accéder sont en phase terminale. Les bretelles de raccordement au réseau routier ont pris forme et il ne reste que le revêtement bitumeux. Dans un coin, une dizaine d’ouvriers s’affairent autour de la confection des poutres qui doivent être posés sur le pont. Onze mois après le démarrage des travaux, « il reste juste à terminer les travaux de remblai, de faire la voierie et de poser le tablier du pont », déclare Babacar Senghor, chef de la Division des ouvrages d’art à l’Ageroute. Il soutient que le niveau d’exécution de cet ouvrage calibré pour durer 300 ans est estimé à 75 %.
L’ingénieur a donné ces assurances devant le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne venu, ce samedi, s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de cet ouvrage structurant qui sera réceptionné le 15 juin prochain. Au rythme où vont les travaux, tout porte à croire que l’échéance sera respectée en dépit du fait que le démarrage effectif a souffert de l’encombrement de la zone avec la gare routière, la flopée de garages de mécaniciens, la présence de réseaux de la Sénégalaise des eaux (Sde), de la Senelec, de la Sonatel, de l’Office national d’assainissement du Sénégal (Onas) qu’il a fallu dégager de l’emprise de l’ouvrage.

Ouverture à la circulation des 4 bretelles en avril
Les caractéristiques techniques de cet échangeur, dont le coût est estimé à plus de 7 milliards de FCfa, laissent penser que cet ouvrage, une fois fonctionnel, améliorera sensiblement la mobilité urbaine dans cette zone au dense trafic. Le pont a une longueur de 50 mètres avec une chaussée 2×3 voies de 10,75 mètres de large et deux trottoirs de 1,25 mètre de large chacun en plus d’un terre-plein central séparant les deux voies. Si l’on y ajoute le plan d’assainissement, l’éclairage public et l’aménagement paysager, on disposera d’une infrastructure moderne. En attendant, les automobilistes affrontent encore les embouteillages engendrés par les travaux et que des agents de la circulation tentent tant bien que mal de démêler. Avec l’ouverture à la circulation des quatre bretelles, au mois d’avril prochain, comme l’a annoncé Babacar Senghor,  il y aura moins de bouchons.
Satisfait du rythme des travaux, le Premier ministre, accompagné du ministre des Infrastructures et des Transports terrestres et du Directeur général de l’Ageroute, rappelle que la construction de cet échangeur entre dans le cadre plus global d’une politique de désenclavement urbain de Dakar décidée par le chef de l’Etat à travers le Plan Sénégal émergent (Pse). « Le renouveau urbain et l’habitat, comme ce que nous voyons à Diamniadio, et demain au lac Rose, est d’une grande importance sur notre voie vers l’émergence », affirme Mahammad Boun Abdallah Dionne.
Il souligne qu’au-delà de cet échangeur, c’est l’ensemble de la route des Niayes du rond-point de Liberté jusqu’à Malika qui est concernée par ces travaux pour des marchés d’un montant total de 110 milliards de FCfa. « Ces marchés pour la construction de routes 2×2 voies ont été entièrement financés et notifiés aux entreprises contractantes. Et à partir de Malika, 30 milliards de FCfa ont été mobilisés pour faire la grande route du littoral qui va jusqu’à Saint-Louis. Ces projets ne sont pas du rêve, ils sont inscrits dans le Programme triennal d’investissement public», indique le Premier ministre.

Elhadji Ibrahima THIAM

MOSQUEE MAZALIKUL DJINANE : Les voieries intérieures et extérieures prennent forme

Les voieries intérieures et extérieures de la mosquée de Mazalikul Djinane sise à Colobane, réalisées par l’Etat, à travers l’Ageroute, sont en train de prendre forme. Ce chantier qui a nécessité un investissement de 6 milliards de FCfa de l’Etat a reçu, samedi, la visite du Premier ministre

Le Premier ministre, Mahammad Boun Abdallah Dionne, a effectué, samedi, une visite à la mosquée en construction de Mazalikul Djinane où sont en train d’être réalisés des travaux de voieries intérieures et extérieures financés par l’Etat à hauteur de 6 milliards de FCfa. Outre ces infrastructures routières, ce projet concerne également la mise en place d’un réseau d’assainissement d’eaux pluviales et d’eaux usées, d’un réseau d’éclairage public sur tous les axes routiers et des aménagements paysagers. Ce projet permettra d’améliorer la mobilité urbaine à Colobane et des axes alentours, d’améliorer le cadre de vie des populations riveraines et de faciliter l’accès aux services sociaux de base situés aux alentours de la mosquée, explique un document de l’Ageroute.
Cette intervention de l’Etat entre dans la politique d’accompagnement des communautés religieuses, indique le Premier ministre qui a constaté avec satisfaction l’état d’avancement des travaux. « L’Etat du Sénégal a décidé d’appuyer le projet de construction de cet institut islamique initié par le Khalife général des Mourides en complétant les travaux de voiries, d’aménagement paysager et surtout d’assainissement. Pour ce faire, 6 milliards de FCfa ont été dégagés à travers le Budget consolidé d’investissement», a déclaré Mahammad Boun Abdallah Dionne.
Sur le site, à l’intérieur comme à l’extérieur, les voies ont fini d’être tracées. La nouvelle route 2×2 voies qui quitte le boulevard Niarry Tally et qui va aller jusqu’au canal 4 a déjà pris forme. La latérite a été posée, il ne reste que le goudron. Les voieries à aménager dans ce projet  sont composées de sept axes pour un linéaire total de 2,178 km. La section de l’avenue Cheikh Ahmadou Bamba comprise entre le carrefour Bopp et la maison du Parti socialiste sera élargie en 2×2 voies. Ces travaux de voieries et d’assainissement ont leur importance si l’on sait que le site de la mosquée, qui abritera également un complexe islamique, une salle de conférence de 2.000 places et une résidence Khadimou Rassoul, est une zone boueuse et de dépression. Ainsi, les stations de pompage et de relèvement d’eau qui seront mises en place permettront de mettre « hors d’eau » l’esplanade de la mosquée en transférant tout vers le réseau de l’Office national d’assainissement du Sénégal (Onas). L’Onas a approuvé, le 24 février dernier, ce projet d’assainissement, indique l’Ageroute.
Le niveau d’exécution des travaux est à 30 %. Leur achèvement est prévu, au plus tard, en septembre prochain. Le Premier ministre se dit rassuré quant au respect des délais d’exécution de ce projet.

Elhadji Ibrahima THIAM


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.