Senejournal - Toute l'actualité du Sénégal

Lutte contre la pauvreté en milieu rural : Un projet de 87 millions de FCfa initié à Tivaouane

Tivaouane : Plus de 87 millions seront consentis pour lutter contre la pauvreté en milieu rural et le chômage dans le département de Tivaouane.

Le projet de promotion de l’emploi durable et décent des jeunes en milieu rural et périurbain (PEDDJ) lancé samedi dans la salle de réunion du Conseil départemental sous la présidence de l’ancienne Ministre et présidente du conseil départemental Mme Seynabou Gaye Touré, rentre dans cette dynamique.

Selon Simon Ntab, qui a présenté le projet aux conseillers départementaux et autres acteurs du développement venus des différentes zones du département, « l’action proposée par les acteurs publics en partenariat avec des entreprises privées vise à contribuer à la lutte contre la pauvreté en milieu rural et périurbain du département de Tivaouane à travers l’insertion professionnelle de jeunes et de femmes dans des filières à emplois verts ». Les actions vont s’appuyer sur les forages construits dans les années 2000, dans le cadre du Projet hydraulique villageoise de Thiès, pour consolider avec les ASUFOR, la production maraîchère sur des sols propices mais pauvres en matière organique. Une autre ambition préconisée, la gestion des déchets organiques urbains des cités de Tivaouane, Pire, Mboro et Méckhé pour les valoriser en agriculture tout en améliorant la salubrité des cités et créer des emplois au profit de 300 jeunes et femmes du département.

Aussi, comme le souligne Simon Ntab, « nous allons encourager l’implantation de projets de développement portés par des formes d’organisations locales et financés par des ONG, des projets et des programmes de l’État. Ce, à l’image de l’Union des groupements paysans de Méckhé (UGPM) et l’Association Sud-ouest pour le développement international agricole (ASODIA) à travers la coopération agricole décentralisée entre la Région Midi Pyrénées et la Région de Thiès qui en est une parfaite illustration ».

400 mille francs de revenus par an

Il a indiqué que  « dans le cadre de cette coopération les projets IRRISAHEL et banques de céréales mis en œuvre ont permis aux populations vulnérables de la zone de Méckhé d’améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle. Ce résultat satisfaisant est dû à : l’introduction du maraîchage dans les systèmes de production, ce qui a permis d’améliorer de manière significative les revenus des producteurs de l’ordre de 200 à 400 milles FCFA de revenu net par an ».

Pour Mme Seynabou gaye Touré, présidente du conseil départemental de Tivaouane, « ce projet cadre parfaitement avec les orientations stratégiques du Plan Sénégal Émergeant (PSE), notamment pour ce qui concerne la transformation structurelle de l’économie et croissance et plus spécifiquement dans l’objectif : promotion de l’agriculture commerciale et modernisation de l’agriculture familiale.

Mohamadou Sagne

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.