ELEVAGE : Aminata Mbengue Ndiaye souligne les bienfaits du projet ‘’IMAM’’ pour l’autosuffisance en moutons au Sénégal

Face aux problèmes liés à une disponibilité suffisante pour donner satisfaction à la demande en moutons des populations sénégalaises, il a été mis en place un programme national d’autosuffisance en moutons (PRONAM) dont la mise en œuvre a déjà connu un fort engagement de l’Etat du Sénégal, mais également des partenaires au développement, a rappelé la ministre de l’Elevage et des Productions animales, invitant les acteurs du secteur privé à s’approprier l’initiative du gouvernement, de la concrétiser à travers l’ensemble des dispositions qui sont prises par son département ministériel.

S’exprimant  à Mbour dans le cadre de la cérémonie de clôture du projet ‘’IMAM’’ (Initiative des maires pour l’autosuffisance en moutons) et de l’inauguration du foirail municipal de Malicounda, elle a assuré que, en perspective de la prochaine fête de Tabaski 2018, sur les instructions du Chef de l’Etat, le président Macky Sall, le Premier ministre toutes les mesures de facilitation sont prises pour permettre aux éleveurs venant de différentes régions du pays et des Républiques sœur de la Mauritanie et du Mali, afin de rendre fluide les corridorsDakar-Bamako et Dakar-Nouakchott pour permettre un  approvisionnent correct du pays en moutons.

Lancé le 19 mai 2016 à Sinthiou Bamambé, dans la région de Matam au nord du Sénégal, ce programme ‘’IMAM’’ consacre l’engagement de l’Association des maires du Sénégal (AMS) à ‘’contribuer fortement et très largement’’ à la mise en œuvre du programme national d’autosuffisance en moutons (PRONAM) inscrit dans le Plan Sénégal (PSE) parmi les projets prioritaires à haute portée économique et sociale. Toutes les communes bénéficiaires du programme ont reçu chacune cent brebis.

‘’L’objectif de ce programme est de diminuer les importations de moutons, en stimulant la productivité et les productions nationales, tout en générant des revenus pour les familles vulnérables’’, a expliqué Aminata Mbengue Ndiaye, pour qui l’importance du mouton n’est plus à démontrer au Sénégal car, ‘’rien que pour le jour de la Tabaski 2017, près de 900 000 têtes de moutons ont été présentés au niveau de nos 155 marchés qui sont suivis à travers le territoire national’’, a-t-elle révélé.

A niveau des différents marchés hebdomadaires du pays, il y a eu une présentation de 317 000 sujets pendant la deuxième semaine de 2017 et 600 000 moutons au niveau des marchés quotidiens à la veille de la Tabaski, soit plus de 236 000 têtes par rapport à 2016, a précisé la ministre de l’Elevage et des Ressources animales qui ajoute que les importations de cette année avaient atteint un record de 457 000 têtes de moutons qui sont venus de la Mauritanie et du Mali.

Pour la mise en œuvre du PRONAM, Aminata Mbengue Ndiaye a rappelé que plus de centaines de communes qui ont déjà adhéré à l’IMAM, qui ont déjà concrétisé ce projet dans les différentes régions du Sénégal.
‘’Je voudrais convier tous les maires du Sénégal, qui n’ont pas encore adhéré à l’initiative, de prévoir dans leurs budgets, leur adhésion à ce projet puisse se généraliser à travers l’ensemble des communes du Sénégal’’, a-t-elle lancé, promettant que la dotation des géniteurs viendra de son ministère qui s’attèlera à la santé animale de ces animaux et que toutes les vaccinations seront faites avec l’appui des services décentralisés dudit ministère qui vont également renforcer les capacités des bénéficiaires.

‘’Cette initiative constitue pour les familles des bénéficiaires un moyen efficace de création de richesses et d’accès aux protéines animales ; elle renforce les communes sénégalaises dans leur option, leur choix délibéré d’être des creusets et des porteurs de développement territoriales impulsés par les élus locaux, à travers les groupes citoyens et les populations’’, a fait remarquer Mme Ndiaye, pour qui, ce projet constitue également ‘’un exemple concret’’ de la territorialisation des politiques publiques du gouvernement du Sénégal dans le contexte du PSE.

Elle a relevé beaucoup de contraintes pour le développement de la filière, liées notamment au phénomène du vol du bétail. Mais, s’empresse-t-elle de souligner que dans ce cadre, des efforts notoires ont été consentis par l’Etat du Sénégal au plus haut niveau, en criminalisant le vol de bétail et en renforçant les peines encourues par fautifs.

A préciser que ‘’IMAM’’ est le fruit de la coopération et du concours financier entre l’AMS, le ministère de l’Elevage et des Productions animales, la Délégation générale à la protection sociale et à la solidarité nationale et HEIFER international. Selon un document de ce dernier dont nous avons obtenu copie, au Sénégal, le secteur de l’élevage a connu des progrès sensibles ces dernières années grâce aux efforts consentis par les pouvoirs publics, les acteurs des filières animales et les partenaires au développement.

Cependant, le niveau de satisfaction de la demande en animaux et produits dérivés est encore insuffisant et reste tributaire des importations. C’est le cas de la couverture des besoins en moutons durant la fête de la Tabaski face à laquelle durant toute l’année en
général et pendant la période de Tabaski en particulier, le président Macky Sall a érigé le mouton au rang des denrées de première nécessité, eu égard à son importance et au symbole qu’il représente dans la vie des sénégalais.

Serigne Makhtar


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.