CONCOURS – 6ème édition du Flow up : Les 10 finalistes connus

Les 10 premiers finalistes du Flow up sont connus. Il s’agit de Ash The Best, Cool 10, Bac’as, Jay B, Mythic, Wzaa, Ndoobin, Papeush, Mystical Ady et Guiss Mc. Il ne reste plus que 10 places pour la finale qui aura lieu en décembre avec à la clé 5 millions Cfa pour le vainqueur. C’est au cours de la soirée de jeudi qu’ils se sont qualifiés. Le prize money de 5 millions a rendu la compétition très âpre.

Ash The Best, Cool 10, Bac’as, Jay B, Mythic, Wzaa, Ndoobin, Papeush, Mystical Ady et Guiss Mc, voilà le nom des 10 premiers finalistes du concours Flow up de cette année. C’est lors d’une soirée âprement discutée que ces lauréats ont pu être choisis par le jury.

Une soirée riche en émotion  

Ce samedi soir, le hip-hop galsen va revisiter une des plus belles pages de son histoire. La scène de Douta Seck va accueillir Positiv Black Soul, Yatfu, Pee Froiss et Daddy Bibson. Le gold stage va, à ne pas en douter, être le concert de l’année. A cet effet, ces têtes d’affiche ont du pain sur la planche, vu la performance réalisée à l’open stage. Matador, Keur Gui Crew, Omzo et Ombré Zion ont assuré jeudi dernier, lors de la célébration de la Fête de la musique qui a coïncidé au deuxième jour du Festa2h.

Ce sont 3 générations du rap galsen qui se sont succédé sur la scène. Omzo Dollar, qui surfe actuellement sur un succès insolent depuis sa signature à Keyzit, a été le représentant de la nouvelle génération. Bien qu’ayant accusé du retard, le rappeur des Sicap ne s’est pas trituré les méninges pour mettre le public dans sa poche. L’annonce de son nom a suffi pour échauffer une assistance refroidie par les piges des postulants au Flow up.  Le plus dur étant fait, Omzo a déroulé. La formule est connue : un texte encadré par une technique à faire frémir le plus conservateur des mélomanes, le tout saupoudré de paroles qu’on ne prononce pas devant les parents. Naturellement, le jeune public en raffole et les aînés beaucoup moins. Ce qui installe un débat de puristes entre les 2 générations. Omzo ne fera que 20 minutes sur scène.

Après quelques intermèdes, Ombré Zion s’installe. A la différence de Omzo Dollar, le natif de Guédiawaye commence par une reprise d’un titre de Ngaka Blindé. Cet appel à la poursuite du combat pour le libérer a le mérite, à défaut d’emballer tout le monde, de démarrer le spectacle sur des applaudissements. Cela va ensuite crescendo. Sur des sonorités reggae, Omzo assure sa partie sans pourtant créer cette interaction avec le public. Et ce, bien qu’ayant fait un clin d’œil en jouant du trapp.

Des situations décrites un peu plus haut, rien n’est comparable à l’arrivée de Keur Gui Crew. Eparpillé un peu partout, le public s’est compressé quand le groupe de Kaolack est monté sur scène. Les premières rangées refusaient du monde. Les refrains du groupe sont repris en boucle. Et après eux, Matador est venu sur scène. Comme à son habitude, le membre du Bmg44 a obligé le public à participer au spectacle.

mgaye@lequotidien.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.