Les étudiants de l’université Assane Seck enflamment Ziguinchor

Hier, les étudiants de l’université Assane Seck de Ziguinchor n’ont pas accordé de temps de répit aux forces de l’ordre. Pendant toute la matinée et dans l’après-midi, c’était une course-poursuite acharnée avec les policiers, qui ont joué aux sapeurs-pompiers pour éteindre les feux. Les étudiants ont brûlé tout ce qu’ils ont trouvé sur leur passage. Les commerces ont été très touchés. Beaucoup de commerçants ont même fermé boutique à cause de la violence.

Au rond-point jusqu’au boulevard des 54 mètres, les pensionnaires de l’université Assane Seck ont semé le désordre et la panique.
L’hôpital de la Paix, a lui aussi, reçu sa part de grenades lacrymogènes. « Nous sommes très tristes de ce qui vient de se passer dans cet hôpital. Les policiers, à la poursuite des grévistes, ont jeté deux lacrymogènes dans l’hôpital. Au moment où, les patients étaient assis dans le hall. Mêmes les femmes enceintes n’ont pas été épargnées », dénonce un infirmier de ladite structure.

Aux dernières nouvelles, les étudiants, une fois de retour au campus, ont brûlé un véhicule de liaison du rectorat. Une information confirmée par les étudiants.

L’As


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.