Affaire Fallou Sène – Abdoul Mbaye : « Ce que les Sénégalais redoutaient le 19 avril est arrivé, un mois plus tard »

La mort de l’étudiant Fallou Sène n’a pas laissé insensible Abdoul Mbaye. Le président du parti  l’Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (Act) sort de l’ombre. Comme à l’accoutumé, à chaque fois qu’un fait majeur arrive au Sénégal, l’ancien Pm s’y prononce soit pour dénoncer, soit pour aprécier. Ici, dans ce communiqué, Abdoul Mbaye dit toute son amertume des suites du meurtre orchestré sur l’étudiant Saint-Louisien, mort des suites des échauffourées entre force de l’ordre et étudiants en furie.  

In extenso, les admonestation d’Abdoul Mbaye, à l’endroit de nos force de l’ordre mais aussi à l’égard du régime de Macky Sall

« Cette fois-ci c’est certain, il n’y a pas d’ambiguïté. Malheureusement ce que certains hommes politiques redoutaient le 19 avril est arrivé un mois plus tard : Fallou Sène vient de succomber sous les balles d’un régime autoritaire qui n’hésite pas à tuer ses propres citoyens à la fleur de l’âge.

L’usage excessif de la violence par les forces de l’ordre est la conséquence de la méchanceté du Président de la République Macky Sall qui se traduit naturellement dans des comportements qui visent à piétiner, à déshonorer et malheureusement à tuer parfois lorsque le dérapage devient difficile à éviter.

L’Université Gaston Berger, un espace de production de citoyens modèles à l’instar de l’UCAD et de toutes autres universités, vient de vivre une énième intervention musclée des forces de l’ordre soldée par le meurtre de Fallou Sène.

L’impunité de cet acte est le plus grand danger qui menace les citoyens à la veille des élections présidentielles. Le premier acte d’impunité est la non-démission du Ministre de l’Intérieur voire même sa façon indigne de traiter cette triste information comme un léger dossier avec la même chanson « ouverture d’une enquête ». De l’insécurité à la barbarie, le régime de Macky Sall vient encore de prouver sa faillite dans ses rôles régaliens de l’État.

De cette faillite du régime actuel, nous continuons de vivre la disparition de nos bébés, leur mutilation et la barbarie à l’encontre des citoyens qui ne riment certainement pas avec démocratie, développement et encore moins émergence. Par contre que de moyens déployés pour surveiller les opposants et réprimer des marches pacifiques.
Nous nous inclinons sur la dépouille de Fallou Sène, autre martyr de cette jeunesse sénégalaise à laquelle nos dirigeants actuels sont incapables d’offrir un avenir à la hauteur de ce qu’elle souhaite pour son pays.

Face à cet aveu d’échec de la politique éducative et à ce recours systématique à la force illégitime, le parti Alliance pour la Citoyenneté et le Travail (ACT) condamne fermement de tels événements, exige que la lumière soit faite sur cette grave affaire, que les responsabilités soient situées, que les blessés bénéficient de la meilleure prise en charge et que les responsables soient punis.
Le parti présente ses condoléances à la famille éplorée et souhaite un prompt rétablissement aux nombreux blessés. »


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.