Engagement pour les Femmes: Pre Penda Mbow reçoit une distinction des mains du petit fils de Nelson Mandela

Docteur Honoris Causa de l’Université Babeș-Bolyai de Roumanie, la Professeure Penda Mbow, Ministre conseillère. Représentante personnelle du Président Macky Sall pour la Francophonie, après après avoir animé avec brio un panel sur l’égalité Homme Femme en remontant depuis l’histoire de l’afro féminisme jusqu’à nos jours, a eu la surprise de recevoir un diplôme sanctionnant son engagement personnel pour la cause des femmes des mains de Ndaba Mandela, petit fils de Nelson Mandela.

Engagement pour les Femmes: Pre Penda Mbow reçoit une distinction des mains du petit fils de Nelson Mandela

(GENEVE- SUISSE) – Pre Penda Mbow est lauréate du premier prix des personnalités engagées, au niveau national et international, pour l’évolution du statut des droits humains des femmes. Cette distinction initiée par le magazine panafricain ContinentPremier.Com, basé en Suisse et dirigé par El Hadji Gorgui Wade Ndoye, journaliste accrédité auprès de l’ONU et correspondant du « Soleil » de Dakar vise à travers un diplôme à encourager et à promouvoir des personnalités dont l’engagement personnel et intellectuel ont eu un impact dans l’évolution positive du statut des femmes. Pre Penda Mbow qui rejoint le cercle restreint des présidents d’Honneur à titre éternel de l’association ContinentPremier éditrice du magazine éponyme est distinguée «  pour son engagement personnel et intellectuel dans l’évolution positive du statut des femmes, pour une meilleure implication de la société civile et de la bonne gouvernance  au Sénégal. » Elle est déclarée « digne de tous les Honneurs, Droits et Privilèges associés à cette distinction ». Son prix lui a été remis par Ndaba Mandela le petit fils de Nelson Mandela qui a fait exceptionnellement un déplacement à Genève pour assister au panel inédit  » Egalité Homme Femme à travers le regard de militantes » organisé, en marge de la 37ème session des droits de l’Homme, et à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des droits des Femmes, le jeudi 08 mars 2018, à la salle XI du Palais des Nations Unies. La Professeure Ministre conseillère, Représentante personnelle du Président Macky Sall pour la Francophonie, Penda Mbow est l’auteure de nombreuses publications parues tout au long de sa carrière universitaire qui s’étend déjà sur plus de trois décennies. D’une liste trop longue, mentionnons quelques titres : Intellectuels et pouvoirs politiques dans le monde musulman (1988) ; Cheikh Anta Diop et la libéralisation de la femme africaine (1990) ; La crise des Intellectuels : retourner à la société (1992) ; L’image du Noir chez l’Arabe et l’image de l’Arabe chez le Noir à travers l’Histoire (1994) ; Histoire culturelle de l’Afrique de l’Ouest (1996) ; Le rôle de “Présence africaine” dans l’émergence de l’intelligentsia négro-africaine (1997); Mitterrand et les Femmes : réflexions sur la place de la femme dans le socialisme français (1996) ; La société civile au Sénégal : identification et rôle dans le processus démocratique (1999) ; Women and Academic Freedom au Sénégal (1999) ; Faut-il pénaliser un fait culturel : quelle solution à l’excision ? (1999) ; Démocratie, droits humains et castes au Sénégal (2000) ; L’Islam et la femme sénégalaise (2001) ; Education religieuse, laïcité et droits humains au Sénégal (2007) ; Que signifie être intellectuel ? (2007) ; Senegal : the return of personalism (2010) ; Pour un nouveau modèle des relations franco-africaines (2010).

Egalité Homme Femme

Penda Mbow a publié  » Homme et Femmes entre sphères publique et privée » en 2005, aux éditions du Conseil pour le développement de la recherche en sciences sociales en Afrique (CODESRIA). Faisant l’exégèse de l’ouvrage, Dr. Habil. Sergiu Mișcoiu, professeur de sciences politiques et directeur du Centre d’études internationales et de coopération de l’Université Babeș-Bolyai de Roumanie dira:  » L’enjeu principal de cet ouvrage est la définition même des pouvoirs féminins dans un contexte de sujétion et d’infériorité. Dans ce remarquable livre, Mme Mbow se demande s’il a fallu comprendre ces pouvoirs comme une autorité pleine et entière détenue par les femmes dans une sphère spécifique, une autorité d’ailleurs souvent exercée aux dépens d’autres femmes comme une participation limitée et minoritaire aux pouvoirs des hommes. Ou bien comme des contre-pouvoirs séducteurs, secrets et illicites? Ou encore comme une ré-appropriation et un détournement (qui est retournement contre le dominateur) des instruments symboliques qui instituent la domination masculine? » Logiquement, nous constatons avec l’auteure que le tort fait aux femmes peut être pensé comme une contradiction du principe de l’égalité formelle de tous. Ou bien que l’espace économique de la domination du salariat est l’espace où la femme, comme travailleuse, peut se séparer de son assignation domestique et où elle peut construire une individualité autonome. Pour Penda Mbow, égalité démocratique et liberté salariale apparaissent donc comme la base de constitution du sujet féminin dans la sphère publique. À ces données juridico-politiques et économiques, elle pense qu’il fallait ajouter les modes de la sujétion et s’intéresser, surtout, à ce qui change, à ce qui rend pertinent un espoir en l’avenir des femmes, là où elles se révèlent, non comme des figurantes, mais comme des actrices du devenir de leurs sociétés, poursuit, dans son analyse, l’enseignant de Université Babeș-Bolyai qui décerna, en 2016, à la Pre Mbow le titre d’Honoris Causa. 

 


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.