Acquisition des terres à grande échelle au Sénégal-2500 000 hectares du foncier agricole touché chaque année

L’Initiative prospective agricole et rural (Ipar) et le Conseil national de concertation des coopérations des ruraux (Cncr) et leurs partenaires ont lancé ce mercredi un  projet de recherche-action: visant à assurer la «promotion d’une gouvernance foncière inclusive par une amélioration des droits fonciers des femmes au Sénégal». Ce projet vise  à corriger le phénomène d’Acquisition des terres à grande échelle (Atge).   Selon les statistiques des chercheurs : «Il est constaté une diminution significative du disponible foncier agricole évalué à 2500 000 hectares par an». C’est la raison pour laquelle, le projet de recherche-action se propose ainsi d’évaluer certaines des initiatives est axé sur trois composants. Il s’agit des composantes Recherche ; Appui-accompagnement des partenaires et la composante gestion et capitalisation. D’après Dr Ba, Directeur exécutif de l’Ipar le projet de Recherche-Action vise dans son objectif général à contribuer à l’amélioration de l’accès et du contrôle des femmes sur les terres et leur participation dans  les instances de prise de décisions pour une gouvernance foncière responsable et durable, dans un contexte d’acquisition de terres à grande échelle. «Le projet de Recherche-Action qui nous réunit aujourd’hui vise dans son objectif général à contribuer à l’amélioration de l’accès et du contrôle des femmes sur les terres et leur participation dans  les instances de prise de décisions pour une gouvernance foncière responsable et durable, dans un contexte d’acquisition de terres à grande échelle», a-t-il expliqué aux participants à l’atelier de lancement du projet. «L’insécurité alimentaire et les problèmes fonciers constituent, aujourd’hui des obstacles majeurs», a soutenu Dr Ba. «Les femmes continuent encore à être marginalisées sur  le foncier  surtout  dans le contexte d’acquisition des terres grande échelle qui vont accentuer la diminution des assiettes foncières due aux mouvements massifs de cession des terres aux investisseurs qu’ils soient nationaux et étranger combinés aux effets de la croissance démographique et des changements climatiques », a poursuivi le Directeur exécutive de l’Ipar .  Lui emboitant le pas, la présidente du réseau des femmes rurale au Sénégal, Adja  Tiné Ndoye a rappelé le combat que mènent les femmes depuis 2003, pour l’accès à la terre.  «Nous devons faire une alliance forte pour que les femmes puissent accéder au foncier.  Si les femmes accèdent au foncier elles feront correctement leurs travail et c’est la famille qui est sauvée  », a soutenu Adja Tiné Ndoye .


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.