Des militants anti esclavagistes américains refoulés de Mauritanie : Biram Dah Abeid monte au créneau


Aboli en Mauritanie depuis 1981, l’esclavage continue de gangréner la société et la vie politique du pays. Des militants anti-esclavagistes américains, responsables d’organismes de défense des droits de l’homme américains, dont le fils du dirigeant noir Jessie Jackson se sont présentés sur le territoire mauritanien pour s’imprégner de l’expérience des abolitionistes locaux, mais aussi écouter les autorités de l’Etat hôte. Ils seront éconduits et refoulés sur le même vol.
 Dakar sera finalement le lieu de rencontre entre certains refugiés de l’État islamique de Mauritanie et des victimes d’oppression et de maltraitance.
Le président de l’initiative de résurgence du mouvement abolitioiniste en Mauritanie, Biram Dah Abeid considère l’attitude du pouvoir mauritanien comme une fuite de responsabilité vis à vis des composantes du mouvement pour l’égalité raciale.  
 Venu prendre part à la rencontre en sa qualité de président de la Ligue sénégalaise des droits de l’homme, Maître Assane Dioma Ndiaye confirmera l’existence de l’esclavage en Mauritanie pour le condamner. Lui emboîtant le pas, Biram Dah Abeid ira même plus loin en revelant que tous les criminels de l’esclavage ont été dénoncés mais bénéficient de protection des autorités mauritaniennes. D’ailleurs, une victime de l’esclavage expliquera les tortures qu’il a subies et qui ont occasionné son exil au pays de la Téranga…
A LIRE AUSSI  LE DIRECTEUR DE LA REDACTION DE «DAKARTIMES » VICTIME D’AGRESSION


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.