Perspectives: « Nous devons arriver à développer notre identité propre » Abdou Latif Coulibaly, ministre de la Culture


– Le nouveau ministre de la Culture, Abdou Latif Coulibaly, a fait part de son ambition de développer ’’une identité propre au Sénégal’’ par le biais de programmes et projets culturels arrêtés par les pouvoirs publics, dans le cadre de « l’orientation globale » définie pour ce secteur par le président de la République Macky Sall rapporte l’APS. Selon le nouveau titulaire du portefeuille de la culture, sa mission va consister à développer « notre identité par des programmes et projets culturels ». « C’est notre identité qui sera porteuse de notre développement, c’est notre identité culturelle qui va nous le donner, c’est également les politiques culturelles que nous allons mettre en place à travers des projets et programmes qui nous permettront de développer une identité propre au Sénégal », a-t-il déclaré à l’issue du premier Conseil des ministres du nouveau gouvernement formé jeudi dernier. « On retiendra du Sénégal des routes et des autoroutes pour évaluer son développement », mais « cela ne nous différenciera pas des autres nations. Or, nous avons quelque chose de spécifique chez nous et il faut que le gouvernement, à travers le ministère de la Culture, aide à développer cette identité », a-t-il dit, citant André Malraux, un « important » ministre français de la Culture. « C’est ma mission et celle de tous les acteurs culturels porteurs de culture, les individus pris isolément et les collectivités prises ensemble », souligne l’ancien porte-parole du précédent gouvernement, qui a tenu à faire un distinguo entre acteurs culturels et professionnels de la culture. Abdou Latif Coulibaly estime que sa nomination au ministère de la Culture est à lier à une « passion » pour ce secteur. « Je ne peux pas me considérer comme un expert de la culture, ni d’ailleurs comme un professionnel, mais j’ai au moins une passion pour la culture », fait-il valoir.

A LIRE AUSSI  Thiat sur l’expulsion de Kémi Séba : « Le Sénégal pays de la Teranga est devenu pays de la « Terra non grata »
Perspectives:


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.