40e anniversaire du Festival de films de Khouribga : «La question de l’identité dans le cinéma africain» au menu des échanges


«La question de l’identité dans le cinéma africain constitue le thème de la principale conférence de la 20ème édition du Festival du cinéma africain, organisé par la Fondation du festival du cinéma africain de Khouribga (Ffcak) du 9 au 16 septembre prochain, sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI», annonce un communiqué reçu au journal Le Quotidien. Ce colloque, qui aura lieu le 10 septembre prochain à la Médiathèque de l’Office chérifien des phosphates, reflète, selon le document, «l’intérêt que porte le festival aux problématiques du cinéma africain depuis sa première édition en 1977, non seulement en exposant les productions cinématographiques africaines, mais également en abordant les questions liées à ce cinéma créatif, étant donné que les visions artistiques sont révélatrices de ce qui se passe dans la société».
Outre cette rencontre qui rassemblera de nombreux acteurs du monde du 7e art, le Ffcak organisera également, en partenariat avec la Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (Dgapr), les 12 et 13 septembre à la prison locale de Khouribga, des conférences à caractère culturel et d’autres humanitaires sur des sujets tels que «L’immigration et l’intégration culturelle : enjeux et défis», «L’image du migrant africain dans le cinéma» et «La loi relative à l’immigration au Maroc : les droits et les devoirs du migrant africain». «Ces conférences animées par des critiques, professeurs universitaires et experts dans le domaine cinématographique, ont pour objectif d’humaniser les prisons marocaines qui accueillent désormais des Africains de différentes nationalités et leur apportent aide et soutien psychologique», précise-t-on.
Le Sénégal sera représenté à cette 20ème édition du Festival du cinéma africain, à travers la projection du film Félicité du réalisateur Alain Gomis et la présence dans le jury pour le Grand Prix Sembène Ousmane, de l’actrice Rokhaya Niang. Ce festival, qui prévoit d’autres prix dont celui du jury, de la réalisation, du scénario, ainsi que le prix “Mohamed Bastaoui” du meilleur premier rôle masculin, le prix du meilleur premier rôle féminin, les prix des meilleurs seconds rôles masculin et féminin, constitue désormais un rendez-vous annuel renouvelant l’union et le partenariat entre les cinéastes marocains et leurs homologues africains. Cette édition coïncide également avec le 40ème anniversaire de la création du festival (1977-2017).

A LIRE AUSSI  Mise au point: L’Armée sénégalaise a le plus faible taux de prévalence du VIH parmi ses homologues africaines(Coordonateur)

arsene@lequotidien.sn

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.