Quelques 319 malades du rein sont dialysés dans le public et 273 dans le privé (Dg santé)


Quelque 319 malades du rein subissent une dialyse dans les structures sanitaires publiques et 273 au niveau des structures privées reconnues par l’Etat, a relevé le directeur général de la Santé, docteur Papa Amadou Diack.
« Les données de janvier 2017 révèlent que 49 patients sont également en dialyse péritonéale » a notamment indiqué docteur Diack qui présidait samedi la journée du rein célébrée par l’Amicale des Insuffisants Rénaux (AIR) de la clinique ABC Hémodialyse (ABCH)).
Il a salué les efforts de la clinique ABCH qu’il a qualifiée de « structure de référence » dans le cadre du partenariat public-privé et qui développe des actions et initiatives dans le domaine de la santé en général et de l’hémodialyse en particulier.
Selon lui, l’obésité qui constitue un des facteurs de risque de la maladie du rein a amené la communauté internationale à retenir pour la 12-ème édition de la journée mondiale du rein le thème « Obésité et maladies rénales ».
« Les causes de la maladie du rein sont multiples car, en plus de ses formes congénitales, toute maladie peut retentir sur les reins » a souligné le docteur Diack, déplorant le fait que s’y ajoute « la prise inconsidérée de médicaments traditionnels et l’automédication ».
« Parmi les maladies qui peuvent être à l’origine de pathologie rénale, il y a l’hypertension artérielle, les glomérulonéphrites, le diabète et la polykystose rénale, ainsi que les maladies infectieuses » a relevé le directeur général de la santé.
D’après lui, la journée mondiale du rein est une opportunité pour sensibiliser sur la prévention de la maladie rénale chronique, c’est pourquoi il salue les activités d’information, de sensibilisation de dépistage qui sont régulièrement développées au Sénégal par plusieurs acteurs.
Pour sa part, le directeur général de la clinique ABCH, Alioune Badara Cissé a rappelé que depuis 2006, sa structure chemine aux côtés de l’Etat pour créer un environnement propice à une bonne prise en charge de l’insuffisance rénale.
« Le fruit de cette confiance se traduit, a-t-il dit, par le fait que les malades de la sous-région fréquentent ABCH et pendant longtemps nos parents dialysés en France avaient peur de venir au Sénégal faute de centre pouvant les prendre en charge et leur assurer une dialyse correcte ».
Actuellement, a fait savoir Alioune Badara Cissé, « la sécurité française envoie tous les mois des malades à dialyser et, qu’en ce moment, 3 expatriés sénégalais insuffisants rénaux sont en train de se faire dialyser à ABCH pour une durée de plus de 2 mois ».
« Ces patients, comme d’autres, nous reviennent chaque année et cette marque de confiance de la sécurité sociale française, nous incite à maintenir cette dynamique de qualité et de rigueur pour le bien-être de tous les insuffisants rénaux à notre charge » a-t-il fait valoir.
LTF/PON / APS
Quelques 319 malades du rein sont dialysés dans le public et 273 dans le privé (Dg santé) .

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.