UMOA: Hausse des activités et légère dégradation de la qualité du portefeuille dans les établissements de crédit


Au troisième trimestre de l’année 2016, le Rapport sur la politique Monétaire dans l’Union monétaire ouest Africain (UMOA) indique que l’évolution de la situation du système bancaire de l’Union a été marquée par une hausse des activités, accompagnée d’une légère dégradation de la qualité du portefeuille des établissements de crédit.

UMOA: Hausse des activités et légère dégradation de la qualité du portefeuille dans les établissements de crédit
Selon la même source, les emplois se sont accrus, en rythme trimestriel, de 723,9 milliards ou 2,9% pour s’établir à 25.744,5 milliards à fin septembre 2016. Cette évolution résulte d’une hausse des crédits de 180,6 milliards ou 1,18% et des autres emplois, notamment des titres de placement de 426,1 milliards ou 6,4%.
Pour leur part, souligne la même note  les ressources se sont également inscrites en hausse de 274,2 milliards ou 1,2%, en rythme trimestriel, pour se situer à 23.383,5 milliards à fin septembre 2016. Cet accroissement provient d’une augmentation de 218,7 milliards ou 1,1% des dépôts et emprunts et de 115,2 milliards ou 8,0% des diverses ressources, atténuée par une baisse des fonds propres nets de 59,7 milliards ou 2,8%.
Quant –à- l’encours total des crédits octroyés aux 50 plus grosses entreprises utilisatrices de crédits bancaires de chaque Etat membre de l’Union, il  s’établirait à 4.682,1 milliards à fin septembre 2016, en hausse de 13,0% en glissement annuel. Rapporté aux crédits déclarés à la centrale des risques bancaires de l’Union, cet encours représente 41,2%. Au plan sectoriel, les gros risques sont principalement portés par les entreprises évoluant dans les branches “commerce de gros” (32,5%), “industries manufacturières” (17,4%), “Services fournis à la collectivité” (16,4%) ainsi que “transports et communications” (10,3%). Ces quatre (4) branches d’activité attirent à elles seules plus des trois quarts des crédits à volume important.
Par ailleurs,  le suivi de la Centrale des risques à fin septembre 2016 indique que la qualité du portefeuille des banques et établissements financiers à caractère bancaire de l’Union s’est détériorée par rapport à fin juin 2016. En effet, les taux brut et net de dégradation du portefeuille sont ressortis respectivement à 15,6% et 6,5% contre 14,8% et 6,1% au 30 juin 2016.
Oumar Nourou


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.